Les mauvaises herbes Les mauvaises herbes  
Théâtre
Dim. 21 novembre 2010 à 14:00
Maison de la culture Frontenac
2550, rue Ontario E., Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:0.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Privilège pour les membres atuvu.ca : en réservant sur atuvu.ca vous n'êtes pas obligés de récupérer vos billets à l'avance, ils seront disponibles à la porte, l'après-midi même.


Spectacle suggéré pour les 8 ans et plus.

Un jardin d’enfants. Flore, la jardinière, y recueille les enfants abandonnés. Elle les transplante, les tuteure, les arrose, en attendant qu’ils trouvent une terre où s’enraciner. Ils s’appellent Momo, Lina, Tatou, Bastarache, Théo. Comme des chrysanthèmes, à fleur de peau, ils crient « je t’aime ». Mais qui entend les fleurs qui crient?

Un texte de Jasmine Dubé mis en scène par Benoît Vermeulen et interprété par Vincent Bolduc, Monia Chokri, Jasmine Dubé et Hubert Lemire.

Une production du Théâtre Bouches Décousues.

www.acceculture.com

  Les mauvaises herbes

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Les manchots
  Botox & Silicone
  Tout est drôle sauf le titre
  La vie littéraire
  Lignedebus
  La singularité est proche
  Les monologues du vagin
  Guerre et Paix
  Le reel de la locomotive
  Nombril
  Confidences à Allah
  Eau courante
  Mohamed le Suédois
  La fête sauvage
  Dehors



Vos commentaires

Analogie touchante  
Nous avons adoré cette pièce. La justesse des propos, les jeux de mots, les variantes d'émotions et l'âme des personnages étaient excellents. C'est une pièce qui porte à réfléchir par sa métaphore de la société via le jardin et ses plantes. Très à propos dans le contexte social actule. S'adresse aux adultes à coup sûr et aux plus de 8 -10 ans si l'on désire qu'ils retirent le maximum de cette pièce.

JolyDame
Lun. 22 novembre 2010



Pièce sensible qui parle au coeur  
Bravo pour cette pièce intelligente sur les répercussions de l'abandon et la question générale du marginalisme. ces enfants marqués par la vie sont en fait représentatifs de tous les être humains qui ne parviennent pas à trouver leur place dans notre société et qui sont ballotés de droite à gauche avec leurs blessures ouvertes et saignantes. Le personnage de Flore qui recueille et soigne les pots cassés est très émouvant. Cette ouvre m'a plu beaucoup, autant sinon pus qu'aux enfants à qui elle s'adresse.

Laurence B.
Dim. 21 novembre 2010