Four Quartets | Trial & Eros 
Danse
Ven. 4 février 2011 à 19:30
Édifice Wilder | Espace Florence-Junca-Adenot
1435 rue De Bleury, Montréal
  Carte
12.00$ / 40 % de rabais! (Régulier:20.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Deborah Dunn présente quatre solos basés sur la série de poèmes de T.S. Eliot intitulée Four Quartets: Burnt Norton, East Coker, The Dry Salvages, Little Gidding. Chaque poème est une réflexion sur la nature même du temps et de son influence sur la condition humaine. La chorégraphie embrasse l’imaginaire et l’abstraction des pièces d’Eliot, serpente à travers la musicalité du langage, va à la rencontre de la grâce et du pouvoir des mots. Le spectacle donne aux méditations d’Eliot une fraîcheur, un raffinement et une humanité contemporaine. Les conflits de la vie imparfaite de l’auteur et la guerre de son époque (la deuxième guerre mondiale) nourriront la création des tableaux de l’oeuvre et éclaireront la chorégraphe sur l’interprétation des solos. Avec Four Quartets, la chorégraphe s’éloigne du genre narratif qui a dominé son imagination depuis quelques années et nous plonge ici dans un monde contemplatif, moderne et formel, qui conserve toute la sensualité et l’humour, si caractéristiques de son travail.



Chorégraphe et interprète: Deborah Dunn
Voix: Stacey Christodoulou, Sir Alec Guinness
Dramaturgie: Dean Makarenko
Musique: David Cronkite, Dino Giancola, Diane Labrosse, Gaétan Leboeuf
Éclairages: James Proudfoot
Costumes: Deborah Dunn, Josée Gagnon
Répétitrices: Stacey Christodoulou, Sara Hanley

www.agoradanse.com

  Four Quartets | Trial & Eros

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Théâtre INK – Lignedebus
  Sur le fil
  Penouche | Monologues Humoristiques
  Eau courante
  Splendeur du mobilier russe
  L'Histoire de la musique | Buzz Cuivres
  Splendeur du mobilier russe
  Jeannot dans la tempête
  Le reel de la locomotive
  Burn Out Total
  Soirée Tchekhov
  Lignedebus
  Les grands-mères mortes, une fête
  LETTRE POUR ÉLENA
  Mohamed le Suédois