Les monologues de la maquila 
Théâtre
Dim. 6 mars 2011 à 15:00
MAI (Montréal, arts interculturels)
3680, rue Jeanne-Mance, Montréal
  Carte
15.00$ / 25 % de rabais! (Régulier:20.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Que cache la confection d’une paire de jeans? Dans un assemblage scénique qui réunit des artistes du Mexique et du Québec, l’auteure et metteure en scène mexicaine Inti Barrios révèle la dure réalité du travail des femmes dans les usines maquiladoras.

En coproduction avec La Couverture magique, avec le soutien du CISO, de la CQAM, et du Maquila Solidarity Network.

www.m-a-i.qc.ca

  Les monologues de la maquila

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Dans la tête de Proust...
  La cartomancie du territoire | Espace Libre
  Plurielles
  Les Voisins
  Goldilocks goes bear hunting |Théâtre LeClou
  Ides of Mars Cabaret
  Les Pirates
  Un pied dans la bouche
  Les hommes viennent de Mars les femmes de...
  Mathieu Gratton en solo
  Minuit
  Jamil
  TITUS
  Temps Universel +1 [Laboratoire Intermédial]
  Conversion par Alyson Grant



Vos commentaires

Étonnant!  
Réfère à une situation qui nous est inconnue;vivant et percutant. Tout comme moi les spectateurs ont chaudement applaudi cette production dynamique.

Claire J.
Lun. 24 octobre 2011



Bravo  
J'ai vraiment apprécié cette œuvre, trop courte à mon goût, mais d'une efficacité remarquable. Bien que je comprends dans quel esprit il a été fait, le "projet linguistique" était ambitieux et c'est ma seule critique, car le dialogue en anglais, teinté d'un fort accent était difficile à comprendre. Quant aux gens qui ne parlent pas espagnol, ils ont dû manquer une bonne partie de la pièce surtout des chansons. Ainsi il faudrait être plus explicite dans la promotion de la pièce, quant aux langues dans laquelle elle est jouée. Nous sommes chanceux d'accueillir de tels projet à Montréal, un bel hommage à toutes ces femmes du monde qui suent et qui souffrent pour que nous puissions nous offrir des vêtements à des prix ridiculement bas.

Marie-Soleil M.
Ven. 4 mars 2011