Festival Vue sur la Relève | Danse 
Danse
Sam. 16 avril 2011 à 20:00
MAI (Montréal, arts interculturels)
3680, rue Jeanne-Mance, Montréal
  Carte
7.00$ / 30 % de rabais! (Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

DOMINIQUE THOMAS
NOCTURNE POUR FEMMES OUBLIEES
La douleur peut être douce et la douceur cruelle… Trois femmes se font violence. Elles sont belles, elles sont pâles, elles sont douces… Dans une gestuelle impulsive et directe, elles afficheront leurs couleurs sombres. Elles devront sortir d'elles-mêmes dans une course folle afin de retrouver un certain équilibre, aussi précaire soit-il. D’une gestuelle d’abord abstraite se dégage une image, puis un thème, qui mèneront à une pièce qui laisse des empreintes visuelles sans jamais imposer une interprétation particulière au public.

HELEN SIMONEAU
FLOCK
Explorant la proximité, l’intimité, et les frontières de l’espace corporel, Helen fait sa recherche dans un esprit de collaboration, en permettant l’échange de curiosités entre artistes. Elle a récemment retrouvé une nouvelle passion pour le solo. Sa nouvelle création, Flock, explore la solitude et la relation de l’individu au sein d’un groupe. La volée d’oiseaux impulse l’idée de suivre le groupe et, paradoxalement, on découvre que chaque oiseau se comporte de manière autonome… Simoneau interprète ce solo avec une articulation claire, en sculptant l’espace avec précision comme des silhouettes de papier découpé.

MANUEL ROQUE
Ça commence avec un désir évident de ralentir. Après 3 années passées à danser dans une compagnie, grande école de la scène et de la vie, Manuel Roque décide de poser ses valises et se questionne sur le rythme organique de la vie, sur l'instant présent, sa valeur et sa raison d'être. Solo-solitude pour interprète en crise de sens, Raw-me flirte consciemment avec l’autofiction et trouve ses racines dans un besoin primitif d’intégrité créative, artistique et humaine. La pièce évoque le voyage initiatique où les paysages intérieurs s’exposent et s’entrechoquent, où la traversée du désert prend parfois la forme d'une tempête.

HELEN SIMONEAU
DISTANCE DE VOL, UN, DEUX, TROIS
La distance de vol désigne la distance qu’un individu met entre les autres et lui‐même. Cette distance varie pour chaque personne, et pour chaque espèce. Chacune agit comme une pièce distincte et visuellement autonome des deux autres. Dans des espaces restreints, les danseurs progressent en explorant la distance, les jumelages, les entrelacements. Comment pouvons-nous revendiquer notre intimité dans l’espace commun?

Pour en savoir davantage sur le festival:
www.vuesurlareleve.com

  Festival Vue sur la Relève | Danse

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Le Sapin de Noël
  La singularité est proche
  Crudités
  Dans la tête de Proust
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Les habits de sa majesté
  Ai-je du sang de dictateur?
  Le clan des divorcées
  Gloucester - Délire shakespearien
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  Les monologues du vagin
  Cabaret Tollé
  Histoires de Fins



Vos commentaires

La relève ... c'est ça !  
D'abord des jeunes femmes chorégraphes et danseuses solides ... centrées ... avec un langage chorégraphique clair ... personnel ... lié aux réalités individuelle et social, dans un rendu impeccable ! Puis Manuel Roque nous a donné un grand moment de création ! Avec les risques que cela comportent de se montrer dans sa lumière et aussi dans son ombre. Un danseur extrêmement "présent" et généreux. Une énergie "folle" l'habite ... il nous la transmet ... Dans une simplicité scénique totalement inspirante. Merci d'avoir permis la rencontre du conscient et de l'inconscient ... la rencontre de l'autre ... la traversée du miroir ... là où on peut être ensemble ! Un spectacle qui respecte son public !

Hélène Élise B.
Dim. 17 avril 2011