Jusqu'à la dernière minute j'ai pensé que...   
Théâtre
Mar. 12 avril 2011 à 20:00
Maison de la culture Frontenac
2550, rue Ontario E., Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:0.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Privilège pour les membres atuvu.ca: en réservant sur atuvu.ca vous n'êtes pas obligés de récupérer vos billets à l'avance, ils seront disponibles à la porte, le soir même.

Tout est prêt. Tout a été imaginé. Tout a été orchestré. Il ne manque plus qu’elle. La mort.

Seule sur scène, la comédienne Mariane Lamarre propose une réflexion sur la mort et ce qui l’entoure: les préarrangements, le deuil, l’embaumement, la cérémonie.

Jusqu'à la dernière minute j'ai pensé que je ne mourrais jamais est une production de la Compagnie Mâle|Femelle.

www.accesculture.com

  Jusqu'à la dernière minute j'ai pensé que...

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Ru : Bienvenue dans l’univers de Kim Thúy
  Ton corps t'appartient-il ?
  La LNI s'attaque aux classiques
  Cabaret Tollé
  Soir d'hiver II : La Chasse aux Licornes
  Une excellente trilogie sur la vie
  Équilibre | Spectacle équestre
  P.O.R.N.
  Le Conte de Noël de Dickens
  Les hommes viennent de Mars les femmes de...
  10 ans de mariage !
  Entrez, nous sommes ouverts
  Des mots d’la dynamite | Magie lente
  La dette de Dieu
  Les parents viennent de Mars, les enfants...



Vos commentaires

Face à face avec la mort  
Il fallait y penser de faire une pièce où on est confronté avec la mort du début à la fin. À partir des choix de suicide qui s'offrent au personnage de la pièce en passant par ses raisons de choisir une autre façon d'en finir, des frais funéraires et ses possibilités très variés, du thanatologue qui explique tout dans ses moindres détails, de l'homélie du prêtre et de témoignages audio de personnes âgées dont certains très drôles, ce survol des derniers moments de la comédienne et de ce qui s'en suit nous jette en plein visage ce que tôt ou tard nous attend soit notre propre fin quelque soit la manière.

Denis B.
Sam. 16 avril 2011