Le Projet Quartett 
Divers
Sam. 28 mai 2011 à 17:00
Fonderie Darling
745, rue Ottawa, Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Note: Ce spectacle est un déambulatoire accessible de 17:00 à 20:00. Comptez 1 heure pour profiter de toutes les performances.

Installation vidéo / performance in situ d'Alain Francoeur et Carole Nadeau.

"Les liaisons dangereuses" de Laclos, version Müller, porté par des corps vieillis projetés nus sur des écrans transparents. Une extase de l’épuisement, les ravages du désir, exhibés, mais n’ayant plus la force de l'assouvissement. Une simplicité du geste, un quotidien à tuer le temps qui nous tue. La beauté de ces corps, d’où persiste la volonté du désir. Une volonté exacerbée par la perte de la foi, la dégradation des repères, la dégénérescence des organes. Un combat perdu d’avance, le pourrissement ne fait jamais marche arrière. Tant politique qu'organique. Le capitalisme porterait-il en lui son propre abcès?

Dans ce Projet Quartett, c’est l’œuvre vidéographique qui domine, sa mise en installation, la circulation dans ce grand bunker des corps projetés nus, usés et fantomatiques, dans des actions quotidiennes simples où les ruptures spatiales et rythmiques créent un parcours émotif. C’est la musique des corps dans l’espace.

Le projet Quartett est une approche très libre de la pièce de Heiner Müller. Seuls restent quelques extraits de l’œuvre de Müller, comme des épaves qui flottent. Les mots comme des échos qui se fusionnent au souffle de l’environnement sonore.

www.pontbridge.com

  Le Projet Quartett

Inscription
Fil culturel

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Dans la tête de Proust
  Action Movie
  Botox & Silicone
  Le clan des divorcées
  Coach de l'Amour
  Mohamed le Suédois
  Un soir à Paris
  Les habits de sa majesté
  Histoires de Fins
  La singularité est proche
  10 ans de mariage !
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Splendeur du mobilier russe
  Vénus à la fourrure, de David Ives
  No strings (attached)