Le scaphandre et le papillon Le scaphandre et le papillon  
Cinéma
Mer. 12 décembre 2007 à 19:00
Cinéma Quartier Latin
350, rue Émery, Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.



IMPORTANT: Récupérez les laissez-passer à partir du 7 décembre 2007 et avant le 10 décembre à midi à nüspace, 4689 St-Denis, Montréal de 11:00 à 18:00.

Laissez-passer pour 2 valide uniquement pour cette date et pour cette salle. Le prix régulier affiché est pour une personne et à titre indicatif.

Arrivez tôt!


Le 8 décembre 1995, un accident vasculaire brutal a plongé Jean-Dominique Bauby, journaliste et père de deux enfants, dans un coma profond. Quand il en sortit, toutes ses fonctions motrices étaient détériorées. Atteint de ce que la médecine appelle le "locked-in syndrome", il ne pouvait plus bouger, parler ni même respirer sans assistance.

Dans ce corps inerte, seul un oeil bouge. Cet oeil, devient son lien avec le monde, avec les autres, avec la vie. Il cligne une fois pour dire "oui", deux fois pour dire "non". Avec son oeil, il arrête l'attention de son visiteur sur les lettres de l'alphabet qu'on lui dicte et forme des mots, des phrases, des pages entières...

Avec son oeil, il écrit ce livre, Le Scaphandre et le papillon, dont chaque matin pendant des semaines, il a mémorisé les phrases avant de les dicter...

Un film de Julian Schnabel.
Avec Marie-Josée Croze Mathieu Amalric, Emmanuelle Seigner...

Prix du public, Festival Cinémania.
Prix de la meilleure mise en scène, Festival de Cannes.



  Le scaphandre et le papillon

Inscription
Fil culturel | Cinéma

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Noël aux Chandelles 2016
  Les Murènes
  Jean-Michel Morris
  FSM | Passion Méditerranéenne par Ventanas
  Tableaux Op.1: Nørre/Etienne Mason/viñu
  Mardis métissés – Paul Audy - Ubuntu
  Jean-Michel Pilc - Songs Project
  Noël chez les Bach
  Pierrot Fournier chante Brel
  Booka Shade
  Hommage à Bob Marley
  Fantaisies de Disney
  Le Noël de Karen Young
  Mardis métissés – John Kinsha - Genèse
  Olivier Babaz en duo avec Raphaël Tristan



Vos commentaires

L’aphasie du cœur.  
Dans la réalisation de Julian Schnabel : «Le Scaphandre et le papillon», nous offre un vison unique. Celle d’un cyclope dont voltige le monde autour. Ce cri du cœur, celui du silence qui fait hurler la douleur de celui qui ne peut l’exprimer. Enfouis dans son propre corps tel un scaphandre dans les profondeurs de l’océan d’humains C’est un appel de l’esprit à triompher sur la matière, mais également un hymne d’espoir. Le gémissement de la lourdeur contre la légèreté d’une clameur? Revenir tout simplement à la normalité, et rien d’autre! Ce long-métrage réussit à nous faire ressentir l’aspect du mal-être que peut éprouver ne serait-ce que quelques instants, toutes les facettes que doit surmonter le protagoniste. Et cela, à chaque minute qui s’évapore au fil de l’éternité.

Lise B.
Mer. 27 mai 2009



Très touchant et filmé de façon originale  
J'ai été très surpris par ce film, je ne m'attendais pas à trouver ça aussi bon. C'est très touchant, et les performances des acteurs principaux sont excellentes. J'y ai découvert Mathieu Amalric, et juste ça justifie de voir le film. La fille de l'affiche aussi, Emmanuelle Seigner si je me souviens bien. La façon de filmer est superbe aussi, originale. On se sent "pris" dans la cage qu'est le corps humain de J-C Bauby. Excellent film.

Donald A.
Mar. 17 février 2009



Excellent film  
J'ai adoré !!!! À voir !

Stefan B.
Sam. 13 décembre 2008



À voir  
Voyage au plus profond de l'intimité même de la vie où aller au bout de soi prend tout son sens. À voir et à murir!!!

Esmeralda
Lun. 7 avril 2008



Tout en subtilité...  
Un film qui frappe par sa justesse. Des acteurs formidables qui nous entraînent dans l'univers de cet homme dont nous pouvons ressentir toutes les souffrances et les petits bonheurs. À voir!

Rosalie J.
Lun. 21 janvier 2008



Déjà vu  
Ce film est très touchant, autant par son propos que par l'interprétation des acteurs. Toutefois, l'incapacité à communiquer ou à vivre en-dehors d'un milieu hospitalier a maintes fois été mis à l'écran. Je pense entre autres aux films «Jonhy s'en va-t'en guerre» et «La mer intérieure». Ce film est à voir, certes, mais fait écho à des films du même genre. Marie, Montréal

Marie-Pierre B.
Ven. 11 janvier 2008



Trop chaud, trop froid, trop tiède...  
Il fait trop froid, trop chaud, pourquoi pas trop tiède… Ce film nous enlève l’envie de nous plaindre et de s'appitoyer sur notre sort. Superbe film, un Grand! Quelle réalisation formidable! Les choix du réalisateur sont d’une très grande efficacité. Un exemple parmi tant d’autres : soyez atttentifs au moment où l’on voit le visage du personnage principal pour la 1e fois. À voir absolument!

David Tousignant
Jeu. 20 décembre 2007



Si triste mais si beau  
Je ne savais à quoi m'attendre. Finalement, j'ai été profondément touchée, émue mais aussi émerveillée par ce type qui conserve un sens de l'humour et une merveilleuse poésie malgré le drame qui l'afflige. Un grand moment.

Patricia Girard
Mar. 18 décembre 2007



Film touchant  
J'ai trouvé ce film assez touchant par le sujet abordé, mais je n'ai pas été aussi émue que je l'anticipais. J'ai une petite réserve quant à la façon dont a été tourné le film. Les gros plans flous du début et la caméra à l'épaule m'ont beaucoup agacée, peut-être parce que j'étais assise tout près de l'écran, ce qui m'a causé à plusieurs occasions un certain inconfort. Je comprends toutefois que c'était voulu pour donner la même sensation de ce qu'il a vécu.

Ghislaine L.
Mar. 18 décembre 2007



DU GRAND CINÉMA !  
Que dire de ce magnifique et bouleversant film ! Un témoignage lucide exceptionnel et une quête de sens extraordinaire pour cet homme qui vit une abominable paralysie corporelle. Le jeu de la caméra est réussi et les dialogues sont saisissants. Je cours lire le roman de cet homme qui aura réussi l'impossible ! Ce film mérite un coup de coeur ainsi qu'une place aux Oscars !

MonsieurDo
Lun. 17 décembre 2007



À voir absolument!  
Un film touchant qui nous fait voir de façon habile que la vie ne tient qu'à un fil. À tout moment tout peut basculer sans prévenir. Le jeu de caméra nous fait bien ressentir ce que vit le personnage principal. Son cynisme nous fait rire par moment, sa détermination est admirable. Ce film nous donne une dose de courage et relativise l'importance de nos soucis quotidiens!

Sarah Lorent
Dim. 16 décembre 2007



Poignant  
Quel courage! Je ne m'attendais à rien et je fus agréablement surprise! Il faut voir ce film!

Connie Vachon
Sam. 15 décembre 2007



Excellent  
J'ai trouvé ce film très touchant.

Marie-Claude
Ven. 14 décembre 2007



Vertigineux!  
J'ai trouve ce film tres touchant, au point de presque pleurer a un moment. Toutefois, j'en suis ressortie avec un mal de tete due a la facon dont le film a ete tourne, qui le rend un peu etourdissant!!!

Marilyn C.
Ven. 14 décembre 2007



Que dire de plus!  
Quel film extraordinaire! Que d'émotions! Surtout lorsqu'une situation semblable vient d'arriver à l'un de nos proches. On ne voit plus la vie de la même manière assurément.

Michelle Laviolette
Ven. 14 décembre 2007



tout passe dans le regard  
Un regard plein de compassion qui évite de sombrer dans le mélo facile. Une mise en scène des plus efficace qui nous transporte admirablement dans ce réapprentissage de la vie... Belle direction. Jeu d'une très grande justesse. Scène mémorable entre le père et son fils, tout deux prisonniers de leur condition! On a même droit à un humour qui, bien que cynique, est mordant à souhait et soulage grandemment... À voir assurémment!

Iannicko N.
Jeu. 13 décembre 2007



Bravo!  
un chef d'oeuvre! c'est un film à ne pas manquer! à voir!

Vicky Parisella
Jeu. 13 décembre 2007



Une merveille  
Un film qui nous fait réfléchir sur notre existence. D'une sensibilité extrême et d'un vif poignant. Les acteurs portent aussi un message très convainquant. Une merveille!

Karine
Jeu. 13 décembre 2007



Impression du film  
Il est évident que ce film ne laisse pas le spectateur sans mot puisque le sujet est, à la base, fort riche en émotions. Touchant, drôle et triste à la fois. Le thème du film m'a tout de suite fait penser au livre de Bernard Werber intitulé L'ultime secret dans lequel un homme se retrouve avec la même situation physique et doit trouver un moyen de communiquer avec le monde extérieur, ce dernier arrivera à écrire un livre et à parler avec les autres via des branchements électromagnétique branchés directement à des parties de son cerveau.... De plus, on peut tout de suite penser à Stephen Hawkins (le plus grand (astro-)physicien reconnu au monde) qui doit vivre cette situation à tous les jours depuis plusieurs années. Donc, j'ai bien aimé l'histoire mais plusieurs points négatifs font en sorte que je recommande pas vraiment ce film: 1) Toutes les séquences où l'on voit au travers des yeux de Jean-Do donnent mal à la tête dûs à l'aspect vitreux, à la luminosité et aux mouvements continuels de la caméra. 2) À plusieurs moments dans le film, certaines scènes très émouvantes étaient coupées (par le montage) très rapidement coupant ainsi la musique et l'émotion créée à ce moment là. Bon je n'ai pas le temps de terminer cette critique, mais finalement, je donne un 7 sur 10 . Et il y a de très belles femmes dans ce film.

Gabriel Dugas
Jeu. 13 décembre 2007



Entrez sans tarder dans son scaphandre  
Un film enlevant avec une prose extraordinaire.

Karine
Jeu. 13 décembre 2007



Bouleversant  
Entrer dans le monde de Jean-Dominique Bauby (le personnage principal), c'est faire face à la clostrophobie ultime, presque insupportable par moments. Après un début de film déstabilisant, on l'accompagne toutefois dans une progression difficile, mais combien gratifiante. Ce film restera longtemps gravé dans ma mémoire. Un petit conseil: il vaut mieux ne pas s'asseoir à l'avant de la salle, si possible. Sinon, les plans très rapprochés et la caméra nerveuse pourraient vous donner le tournis.

Johanne Latour
Jeu. 13 décembre 2007



Quelques réflexions à la sortie du film...  
J’avais invité une amie à voir le film avec moi. Le sujet nous a beaucoup touchées. Quelle leçon de courage! Nous avons apprécié le jeu de Marie-Josée Croze. Par contre, à la sortie, nous avons plutôt échangé sur la qualité des soins, le nombre de techniques de récupération et le matériel disponible offerts par le milieu hospitalier français, par rapport au nôtre. Nous ne sommes pas arrivées à des conclusions sur le sujet car nous ne savons pas si ce film est bien représentatif de la réalité française et nous n’avons pas l’expérience de la réalité québécoise dans ce domaine bien précis de soins. Merci de nous avoir donné l’opportunité de visionner ce film!

Renée Mailhot Power
Jeu. 13 décembre 2007



Très beau film  
J'ai très apprécié les images du scaphandrier qui nous amène au fond de nous-même. L'histoire n'est pas banale. Parvenir à communiquer avec les gens en n'ayant qu'un oeil faut le faire.

Claudette L.
Jeu. 13 décembre 2007



Dérangeant  
Les acteurs jouent leur role à la perfection mais l'histoire m' a vraiment dérangée. Je l ai trouve trop realiste (ce qui peut etre concidere comme une bonne critique). En sortant de la projection, je n ai pas souhaite parler de l'histoire ni de la performance des acteurs.

Sophie Chignac
Jeu. 13 décembre 2007



À voir  
Un film assez cru sur une réalité qui l'est tout autant. On y croit. Bon jeu des acteurs. Ce qui m'a un peu étonnée, par contre, c'est la très grande qualité des soins offerts au patient. Est-ce réaliste? On sort du film avec l'envie de vivre l'ici et le maintenant au maximum. Quand on prend conscience que l'on peut tout perdre, on a le très fort désir d'apprécier ce que l'on a.

Hélène
Jeu. 13 décembre 2007



Très beau film touchant  
J'ai adoré le film. La manière que le film a été filmé. Superbe. Le spectateur devient l'oeil du patient. Il y a toujours de l'espoir suite à un accident ACV. Ça nous porte à réfléchir. À voir pour ceux qui l'ont pas vu.

François H.
Jeu. 13 décembre 2007



la vie ne tient qu'à un cil  
... Il y a d'abord l'accident cardiovasculaire, il y a l'état de légume dans lequel est condamné personnage, il y a aussi toute l'introspection que cette situation suscite. Rédacteur en chef du magasin Elle, Jean-Do ne semble pas avoir raté sa vie, même s'il considère dans un premier temps qu'elle n'est qu'une suite de petits ratages. Dans un second il reconnait pourtant les moments de bonheur qu'il n'avait pas vu comme tel (qui sont d'ailleurs plutôt liés à l'amour qui l'entourait qu'a sa situation professionnelle!). Faut-il, nous dit-il, ce sombre accident pour m'éclairer sur ma vie. Quant à l'image, la situation que présente le film en permet un mélange incroyable. Les premières images floues avec les deux yeux qui deviendrons plus claires avec un seul oeil, comme une métaphore du cinéma, ce cyclope moderne disait A. Astruc, qui permet de voir l'invisible nous disait cette fois W. Benjamin. Il y a toute sa mémoire et son imagination. Et si certains plans de nature en super-8 (comme un film de famille) peuvent paraitre mièvres et naïfs, c'est que le personnage acculé dans son scaphandre de chair se rattrape à tout ce qui lui traverse l'esprit, à tout ce que sa mémoire et son imagination génèrent. Les tendres images de nature enfantines s'enchainent à des plans d'une femme, sa femme, dans un lit, nue, l'attendant. Et pour nous faire passer tout ça, un peu d'humour dans ce film qui ne tombe pas dans le pathos, même si la nostalgie peut être forte, et qui passe aussi, nous n'en avons pas parlé, par la musique. Julian Shnabel l'américain utilise en autre les quelques notes de piano des '400 coups" de Truffaut dans ce Johnny Got His Gun qui fini mieux. Il fini mieux parce qu'il y a communication, parce qu'il y a création. À part ça, on s'aperçoit avec le père que la vieillesse est aussi un scaphandre difficile à porter.

Christophe Gauthier
Jeu. 13 décembre 2007



Ce n'est pas pour tout le monde.  
Ce n'est pas le premier film portant sur la vie d'un quadraplégique. J'ai adoré "The sea inside" avec Javier Bardem et j'ai même ri dans "Whose life is it anyway" qui est souvent très mélo avec Richard Dreyfuss - deux films qui portent sur la volonté de mourir de deux quadraplégiques. Ce n'est pas le propos de ce film-ci car ça se veut davantage un point de vue positif sur le handicap... mais ça demeure aussi bouleversant.

Elaine
Jeu. 13 décembre 2007



En toute sensibilité  
Le scaphandre et le papillon est un film magnifique. Laissant complètement de côté le point de vue mélodramatique de cette triste destinée, le narrateur nous montre la vie, sa vie, de son seul oeil. Les images sont d'un grand réalisme et l'humour de cet homme nous fait continuellement sourire. Un film sensible et sans mièvrerie. À voir

Céline Lacroix
Jeu. 13 décembre 2007



Un film qui porte à réfléchir  
On ne sort pas indemne du scaphandre et du papillon... Nos vies bousculées nous enferment-elles dans des scaphandres alors que nous croyions plutôt être volages comme les papillons? La réflexion, le cheminement intérieur sont intéressants mais j'ai souvent eu le sentiment de regarder plus un documentaire.... On sent bien l'enfermement du personnage dans son corps-scaphandre mais j'ai trouvé plus superficielles les relations entre les personnages. Et malgré les belles images, les trouvailles intéressantes pour illustrer les limitations physiques, j'ai ressenti aussi les longueurs...

D. Lambert
Jeu. 13 décembre 2007



Poignant et léger à la fois  
Un film touchant et profond. On pouvait craindre l'ennui, mais non. Le monologue intérieur amène de la légèreté ainsi que les réactions des personnages entourant le "scaphandre". On arrive rapidement dans des comique de situation où prime la dérision, sans rien retirer au fond tragique de l'histoire.

Eric L.
Jeu. 13 décembre 2007



Un merveilleux film!  
Ce film nous fait realiser a quel point nous sommes chanceux. Jai deja lu le livre le Scaphandre et le papillon, mais le film apporte un autre cote touchant que je nai pas pu percevoir dans la lecture.

Kim Dung Nguyen
Jeu. 13 décembre 2007



Original et touchant  
L'idée de présenter la vie intérieure d'un homme atteint du jour au lendemain par le locked-in syndrome, vient nous chercher complètement. Le film débute lentement et nous met inconfortable avec ses plans flous, mais ça vaut la peine d'être patient pour apprécier cette oeuvre inspirée d'une histoire vraie.

Regis A.
Jeu. 13 décembre 2007



Vif d'esprit  
Contrairement aux propos de Jean-Dominique Bauby au sujet des rêves que l'on raconte qui sont rarement intéressants, ceux qu'il nous dévoile émeuvent sans tomber dans la mièvrerie. Ce film rempli d'esprit donne envie de profiter de la vie, tout simplement.

Christine P.
Mer. 12 décembre 2007



Réjouissons-nous  
Réjouissons-nous Une création cinématographique n'est pas toujours faite en fonction de divertir, mais également pour nous faire réfléchir et espérons-le, dans le meilleur des cas, en ressortir avec une nouvelle vision de la vie. But atteint avec ce film. Maintenant, agissons et soyons heureux et réjouis de belles choses qui entourent notre quotidien.

Patrick O.
Mer. 12 décembre 2007



EXCELLENT FILM!  
Le début est un peu déroutant: de toute évidence, le réalisateur veut qu'on ressente ce que le personnage ressent. Après une quinzaine de minutes, ça va. On découvre alors un réalisateur très sensible et plein d'humour, entouré d'une flopéee d'excellents acteurs. C'est un film très drôle et très émouvant. L'auditoire a semblé beaucoup apprécier...comme nous d'ailleurs.

Serge Doyon
Mer. 12 décembre 2007



Un film poétique  
C'est un très beau film, d'une rare sensibilité. Un véritable exemple de courage et un coup de fouet pour nous réveiller de nos vies de course à la performance.

Sebastien B.
Mer. 12 décembre 2007



Otage de son corps  
J'avoue que j'étais un peu réticent face à ce film malgré les bonnes critiques . J'ai été tout simplement éblouit par le jeu des caméras qui nous font vraiement voir le monde par l'unique oeil gauche de Jean-Do . Un beau jeu des acteurs . Une belle histoire vraie . Des moments drôles et tendres . Un des meilleurs films que j'ai vu en 2007 . À voir absolument .

Richard M.
Mer. 12 décembre 2007



Docu fiction?  
Non sans rappeler "Mar Adentro" d'Alejandro Amenabar, aussi inspiré de faits réels, Le scaphandre et le papillon se rapproche tout de même plus du documentaire. Certes le sujet est fort intéressant et porte sans aucun doute à réflexion msis le film est d'une looooooongueur... Peut-être aussi long que ces "interminables dimanches" tels que décrits par Jean-Do le protagoniste du film? 10/10 pour la réflexion, 5/10 pour le film et 10/10 pour l'acteur principal qui avouons-le réusssit un tour de force d'interrétation en ne pouvant bouger qu'une seule paupière...

Chantal S.
Mer. 12 décembre 2007



Belle performance et des personnages que vous devez découvrir!  
Marie-Josée Croze... qui piétine à une ou 2 reprises, mais qui livre une bonne performance d'Henriette. Il y a aussi Jean-Do (Mathieu Alamaric), qui est autant poingnant que cynique et ironique. Sa relation avec Céline (Emmanuelle Seigner) vient nous tirer remords et regrets de manière efficace. Roussin (Niels Arestrup) lui aussi fait ressortir des remords efficacement, bien qu'il soit accessoire. Claude (Anne Consigny), quant à elle, nous attire autant qu'elle le fait ressentir à Jean-Do. On aurait aimé la voir un peu plus. Enfin, Maria (Olatz Lopez Garmendia), joue aussi dans cet quintette de femmes désirables. À ne pas manquer. 8.5/10

Filou
Mer. 12 décembre 2007



magnifique et émouvant  
Un film qui nous fait réfléchir sur le sens de la vie et sur les petits bonheurs envolés, les chances qu'on n'a pas su saisir, les paroles manquées... L'histoire est triste et émouvante, mais belle, belle... tout comme la beauté des images tout au long du film.

Julie B.
Mer. 12 décembre 2007