The Dragonfly of Chicoutimi   
Théâtre
Jeu. 29 septembre 2011 à 20:00
Maison de la culture Frontenac
2550, rue Ontario E., Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:0.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Privilège pour les membres atuvu.ca: en réservant sur atuvu.ca vous n'êtes pas obligés de récupérer vos billets à l'avance, ils seront disponibles à la porte, le soir même.

Note: Représentation en anglais.

Gaston Talbot vous dit d’emblée: «I travel a lot.» Mais vous comprenez rapidement qu’il n’a jamais voyagé. Il dit: «To keep in touch.» Mais vous comprenez tout aussi vite qu’il ne parle pas anglais, mais français à travers des mots anglais. Gaston Talbot ne cesse de se reprendre, de corriger, de changer ce qu’il dit de lui-même, de sa mère, de ses jeux d’enfant troubles avec Pierre Gagnon, ce qu’il dit aussi de ce rêve agité au sortir duquel, après des années de mutisme, il s’est éveillé parlant anglais. Peu à peu, Gaston Talbot vous aspire dans une spirale où les vérités, à force de tournoyer, vous entraînent dans un gouffre au fond duquel il y aurait quelque vérité.

Ce solo créé par Jean-Louis Millette est aujourd’hui repris par Claude Poissant pour cinq comédiens: Dany Boudreault, Patrice Dubois, Daniel Parent, Étienne Pilon et Mani Soleymanlou dans une production du Théâtre PàP.

Texte : Larry Tremblay.

Présenté en collaboration avec le Conseil des arts de Montréal.

www.theatrepap.com

  The Dragonfly of Chicoutimi

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Les ondes du bonheur
  'Reflets du Nunavik' | Vernissage
  Soirée d’écoute de documentaires sonores
  Visite de la Maison Nivard-De Saint-Dizier



Vos commentaires

Belle pièce!  
Je dirais que la pièce était très bonne et dans un anglais facile à comprendre. Les comédiens avaient le ton juste et c'était une bonne comédie dans une mise en contexte originale. Le petit bémol : ils auraient dû mentionner quelque part que la pièce est entièrement dans la langue de Shakespeare...j'ai entendu quelqu'un derrière moi dire : je comprends rien!

Sandy T.
Dim. 2 octobre 2011