Bricolages pour femme et ours polaire Bricolages pour femme et ours polaire 
Théâtre
Mer. 5 mars 2008 à 20:30
Bain St-Michel
5300, rue Saint-Dominique, Montréal
  Carte
12.00$ / 40 % de rabais! (Régulier:20.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Les tarifs n'incluent pas les taxes. Argent comptant seulement.

Il fallait d’abord s’aérer, sortir du théâtre pour trouver un nouveau terrain de jeu. Une piscine désaffectée allait faire l’affaire. Un ancien vestiaire, les toilettes, le hall d’entrée, le bassin lui-même avec son carrelage clair et les annotations de sa profondeur, autant d’espaces pour bricoler. Vous ne serez pas nombreux. Une trentaine au plus chaque soir. Marie-Ève, l'actrice performeuse de ce spectacle, saura vous guider. Accompagnée de son ours polaire, bien sûr.

Il y aura de la tourbe et de la fourrure. Des ciseaux de tailleur et un plat surgelé mélancolique. Les couleurs Sico feront voyager à même la cabine de toilette. La boîte à musique s’acoquinera de fruits pourris. La laisserez-vous se vêtir de votre manteau et respirer les traces de votre parfum? Ou accepterez-vous de composer avec elle un message d’accueil sur son répondeur? Ou danser, enfin?

Nous tenons le pari.

Une production de Système Kangourou, compagnie de théâtre performatif, combatif et portatif.

Jeu et textes: Marie-Ève Dubé
Mise en scène et conception des espaces: Anne-Marie Guilmaine
Conseiller et assistant à la scénographie: Jonathan Nadeau
Conseillère scénique et direction de production: Claudine Robillard

www.systemekangourou.ca

  Bricolages pour femme et ours polaire

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Dawn Tyler Watson
  Jim Zeller Acoustic Duo
  5539 Blues Avenue
  Christopher O'Neil Thomas
  Hommage à David Bowie
  Fuat Tuaç Quartet
  Un paysage choisi / A Chosen Landscape
  Jason Rosenblatt–Série de l’avenue Outremont
  Paulo Ramos Quartet Jazz brésilien
  Mardis métissés – Queen Ka - Le cocon
  Samuel Bonnet Solo Project + guests
  Pierrot Fournier chante Brel
  Messiaen! La Nativité du Seigneur
  Une soirée Soul, Motown et Disco
  Hommage à Radiohead | Idioteque



Vos commentaires

L'observateur, observé...  
L'expérience. Plus que le jeu. D'entrée de jeu, les conventions sont brisées, le spectateur déstabilisés et mis à contribution... Nous sommes tout autant impliqués, observés que l'est la comédienne, parfois même davantage. Elle nous sonde, s'expose en nous offrant la possibilité de réagir. Ouverte. Elle pose et attend parfois. Nous cherchons... la bonne réponse, la bonne manière, alors qu'il ne suffit que d'être. Présent disponible... D'abord,nous au dessus d'une cabine de toilette, quoi de plus intime, voyeurs, nous écoutons aux portes, la rencontre tout à fait vraie et charmante d'une voyageur sensible qui partage simplement...à l'écoute de l'autre. Nous sortons. Brisure. Nous réfléchissons. On ne joue plus, on est seul avec soi même. Le parcours des êtres en objets est fascinant alors que nous tentons d'écouter les souvenirs qui se dissipent de la tête de l'homme qui vieillit... Marie-Ève une femme qui cherche, se brise et bricole...remplacez le nom par le mien...ou le vôtre... Décousu, parfois le texte était moins fort que le moment. Parfois le jeu me troublait... De belles images, de doutes et de réflexions sur le brut et l'art...la communication et la relation entre public, comédiens et êtres humains...entre nous et le temps...nous et le souvenir! Au final, alors que nous esquissons quelques pas d'un "set carré révélateurs", nous nous prenons au jeu de la vérité...qui a aimé, qui a peur, qui pleure la nuit... Moi! troublant...j'étais devant, je ne sais rien sur les autres, mais j'ai tout dit en levant les bras! Oups! Merci les kangourous d'avoir osé brusquer notre confort et nous avoir fait vivre cette rencontre, au plaisir d'aller plus loin la prochaine fois.

MISSD
Lun. 10 mars 2008



Bel essai non transformé  
Concept de théâtre interactif très intéressant, choix de la salle intéressant, scènes de la peinture dans les toilettes et de l'anniversaire intéressantes, mais après perte de rythme, d'énergie et on ne sait pas trop où l'on va...

Émilie B.
Dim. 9 mars 2008



Bris (de) collages  
Ça démarrait plutôt bien ! Pur délire alors que Marie-Ève nous décrivait sa vie en graffitis réalisés en mode accéléré… Pur délice alors qu’elle en effaçait toute trace tout en échangeant des réflexions sur la vie avec un spectateur devenu acteur et peintre en bâtiment… Mémorables ses cris du coeur pour la vieille femme et la jeune fille clamés presque nez à nez avec nous, certes le moment fort de la soirée… Entraînante son idée de nous inviter à son anniversaire… Et puis ? Et puis alors que la fête aurait dû commencer, qu’on sentait Marie-Ève prête à nous intégrer à son jeu, elle a commencé à s’éloigner. Le fil conducteur entre délire et délice s’est, comme le lien avec nous, désintégré. Oui, c’était prometteur après ce départ sur les chapeaux de roues, mais ensuite ça a dérapé. Peut-être est-ce le public qui n’était pas assez réceptif ? Ne montrait pas d’ouverture à l’artiste pour faire jaillir son côté enfant ? Toujours est-il que les meilleurs moments furent apportés par la spontanéité du seul enfant présent qui a bien su, lui, montrer son côté… adulte ! Une bonne note pour la créativité en ébullition; mais faudrait travailler à ne pas laisser s’évaporer le concept du rapprochement qui devrait cimenter les gens présents.

Louis S.
Sam. 8 mars 2008



Quelques longueurs dans la piscine  
J'en suis à ma deuxième expérience au Bain St-Michel, j'adore le concept de théâtre interactif ou l'on bouge dans l'espace plutôt que de rester assis toute la soirée. Bricolages pour femme et ours polaire (que je n'ai pas vu malgré avoir cherché) nous permet d'apprécier la sensibilité presque naive du personnage, et de réfléchir tout doucement aux concepts des souvenirs, du temps qui passe, de la solitude, etc. Par contre il y a quelques longueurs, certains moments ou l'on commence à avoir froid (grande salle humide) et à se demander comment va se terminer la pièce. C'est au retour au vestiaire, lorsque la comédienne nous remet des petits souvenirs de notre soirée que l'on comprend qu'en fait, c'est terminé. Ah? ah bon. Bon, okay..

Stephanie H.
Mer. 5 mars 2008



Beaux échanges  
Beaux échanges entre le lieu, les spectateurs et l'actrice.

Julie D.
Lun. 3 mars 2008



Déambulatoire surprenant!  
Une piscine publique désaffectée. Une seule actrice et son public qui réussissent quand même à occuper tout ce vaste espace. Système Kangourou amène le spectacteur avec lui dans un déambulatoire dépouillé de tout artifice qui se déroule dans la piscine qu'est le Bain St-Michel. Un voyage tout en douceur, avec ses silences bien justifiés. Ne cherchez pas un scénario clair, car vous êtes appelés à y participer en quelque sorte. La sonorisation sort plutôt bien compte tenu de l'environnement (grand et pas mal vide!). Si vous voulez vivre une expérience théâtrale différente des salles ou vous êtes assis tout le long, cette pièce est définitivement un must! Pas vu d'ours polaire par contre!

Simon C.
Mar. 26 février 2008