FNC | De bon matin 
Cinéma
Mer. 19 octobre 2011 à 19:00
eXcentris | salle Fellini
3536, boul. Saint-Laurent, Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Présenté dans le cadre du Festival de nouveau Cinéma (FNC).

En présence de l'acteur Jean-Pierre Darroussin.

Lundi matin, Paul Wertret se rend à son travail, à la banque où il travaille comme chargé d’affaires. Il arrive, comme à son habitude, à huit heures précises. Il s’introduit dans une salle de réunion, sort un revolver et abat deux de ses supérieurs. Puis il s’enferme dans son bureau. Dans l’attente des forces de l’ordre, cet homme, jusque-là sans histoire, se remémore l'enchainement des événements qui l’ont conduit à commettre cet acte… La banque ou il travaille traverse des difficultés qui occasionnent un changement de direction et des pressions supplémentaires sur le personnel. Mis sur la touche par la nouvelle équipe dirigeante, Paul tombe dans un gouffre existentiel et prend peu à peu conscience de s’être laissé façonner par un modèle de société qu'il rejette complètement. Pensant ne pas avoir été l’homme qu’il voulait être, ni dans sa famille, ni dans son travail, il s'enfonce à son tour dans la dépression. Sur fond de crise des subprimes et de vague de suicides chez France Télécoms, porté par des acteurs virtuoses (Jean-Pierre Darroussin, Valérie Dréville, Xavier Beauvois, Yannick Rénier), ce drame prolonge avec subtilité l'exploration du monde du travail commencée par Jean-Marc Moutout dans Violence des échanges en milieu tempéré.

www.nouveaucinema.ca

  FNC | De bon matin

Inscription
Fil culturel | Cinéma

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Burn Out Total
  Mohamed le Suédois
  Penouche | Monologues Humoristiques
  Eau courante
  La singularité est proche
  Théâtre INK – Lignedebus
  Le clan des divorcées
  Les grands-mères mortes, une fête
  Le reel de la locomotive
  Soirée Tchekhov
  Sur le fil
  Lignedebus
  LETTRE POUR ÉLENA
  Tout est drôle sauf le titre
  Splendeur du mobilier russe