Les enfants de la pleine lune  
Théâtre
Ven. 18 novembre 2011 à 20:00
Théâtre Prospero
1371, rue Ontario E., Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:30.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

La Mère et ses enfants sont retenus prisonniers par le Vieux qui règne sur leur vie et les maintient dans la plus grande ignorance du monde extérieur. Les enfants grandissent et l’adolescence apporte son lot de questionnements et le courage de la révolte. La vie tente de reprendre le dessus.



Le texte Les enfants de la pleine lune a remporté en 2009, suite à une lecture, le Prix des spectateurs engagés de la Comédie-Française. La fiche de lecture souligne la beauté des dialogues de l’auteure, ainsi qu’«une intensité rare sur les rapports troubles de l’éducation, du couple, de l’adolescence, de la sexualité.»

La pièce a également été sélectionnée par la Commission nationale d’aide à la création de textes dramatiques du Centre National de Théâtre en France.
Traduite en italien et en allemand, la pièce sera aussi disponible en arabe.

Les enfants de la pleine lune est présentée en première mondiale par le Théâtre de l’Opsis.

Texte: Emanuelle delle Piane
Distribution: Louise Cardinal, Steve Gagnon, Jacques L’Heureux, Catherine Paquin Béchard
Mise en scène: Luce Pelletier
Assistante à la mise en scène: Claire l’Heureux
Assistant à la mise en scène et régie: David Trottier
Décor: Olivier Landreville
Costumes: Julie Breton
Assistante costumière: Odile Depratto
Éclairages: Erwann Bernard
Musique et conception sonore: Catherine Gadouas
Maquillages: Sylvie Rolland
Directrice technique et de production: Kathleen Gagnon
Assistante directrice technique: Marilyne Gagnon

www.theatreopsis.org

  Les enfants de la pleine lune

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Le Sapin de Noël
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Cabaret Tollé
  10 ans de mariage !
  Histoires de Fins
  Crudités
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  Dans la tête de Proust
  Ai-je du sang de dictateur?
  Le clan des divorcées
  Les monologues du vagin
  Gloucester - Délire shakespearien
  La singularité est proche
  Jeannot dans la tempête



Vos commentaires

Une surprise  
J'y suis allé avec ma copine, sans attentes particulières et j'ai grandement été satisfait. L'histoire est bonne, mais le jeu des comédiens est excellents. Nous avons bien aimé la conclusion.

Kévyn G.
Lun. 14 novembre 2011



Bravo !!  
J'ai passé une agréable soirée au Théâtre. Trop souvent, on nous montre l'horreur et la violence de façon trop directe et sans aucune subtilité. Luce Pelletier, présente avec cette mise en scène, une vision toute en finesse de ce fait divers atroce. Les comédiens sont excellents, surtout Louise Cardinal, qui se démarque en mère fragile et forte à la fois. Les deux jeunes sont particulièrement touchants également ! Le décor est sublime et le texte, malgré quelques maladresses, est très intéressant. J'ai passé une excellente soirée ! à voir absolument

Steve L.
Mer. 9 novembre 2011



Un conte pour adulte qui transcende l'horreur  
Cette pièce m'a transportée! Certes, le sujet est lourd, voire sordide, mais porté avec une telle poésie que l'horreur devient supportable, bien que jamais excusable! On y assiste avec une distance confortable, comme devant un film de Tim Burton, une histoire faussement enfantine... Cette allégorie d'une grande intelligence nous permet d'aborder un sujet sur lequel on aurait normalement fermé les yeux, de peur d'en être trop ébranlé... Dans ce spectacle, tout est suggestion, et c'est bel et bien le pouvoir de la parole et de l'imaginaire qui vient à bout du mal.En racontant, on s'affranchie, on devient humain parmi les bêtes. Les acteurs sont émouvants, surtout Louise Cardinal, en mère abîmée qui utilise ses dernières forces pour offrir la chose a plus importante qu'elle puisse donner à ses enfants: le pouvoir de rêver. À voir, non pas si c'est le spectacle réaliste et sordide que vous recherchez comme dans les pages d'un journal populaire, ni si vous voulez des explications sur l'existence même de ce genre de monstruosité, mais bien pour être projeté dans la réalité de ces jumeaux qui ont le monde entier à inventer, pour vivre avec eux ce vertige trop grand pour des enfants... Bon voyage.

Marie-Christine L.
Mer. 9 novembre 2011



Trop de noirceur!  
Je savais que les sujets abordés étaient sombres (viol, inceste, incarcération des enfants dans une cave pendant plusieurs années) mais là s'en était juste trop (frère qui tue accidentellement sa soeur pour la violée à son tour (c'est à dire après les abus du père sur cette dernière), la mère qui tue son fils afin d'éviter d'être violée par son fils et j'en passe). On sort de cette pièce complètement sonné!! Ding, ding mais ne peut t-il pas y avoir au moins une lueur d'espoir compte tenu d'un éclairage lunaire digne d'une pleine lune? Il fait trop noir dans cette pièce et bien que l'auteure ait voulu prendre un soi disant "nouvel angle" pour exploiter le sujet, c'est juste trop dramatique du début à la fin. Néanmoins, la mise en scène était simple mais très efficace et la performance des acteurs sans reproche. Malgré la présence de l'auteure après la représentation, cette dernière n'a pu de façon convaincante nous "faire voir" ni même apprécier l'utilité de sa démarche artistique. Dommage!

Jewel
Dim. 6 novembre 2011



Les enfants de la pleine lune - a eviter  
Incontestablement l'une des pieces les plus decevantes que j'ai vue recemment. Un sujet racoleur, certes, et une idee interessante d'exploiter un sujet brulant d'un angle 'soi-disant' nouveau, mais l'auteure a plonge dans le scabreux et la caricature et nous a endormi... Presque risible. Aucune emotion et caricaturalement poetique. Si ce n'etait de sa presentation dans le pamphlet qui est dstribue au Theatre Prospero et qui explique les intentions de l'auteure, nous n'aurions jamais devine. C'est mauvais, mal orchestre, faussement poetique et sans interet. Nous avons assiste a la discussion avec l'auteure elle-meme suite a la representation et elle n'a jamais ete en mesure de repondre aux questions des spectateurs ni meme d'eclairer sa demarche artistique. Malaise. Un vide intellectel qui laisse penser que nous avions ici affaire a une dramaturgie vraiment trop faible pour meriter sa place au Prospero. Belle imposture. la talent n'est pas donne a tout le monde.

Murielle H.
Lun. 31 octobre 2011