Sepsis 
Théâtre
Mer. 18 janvier 2012 à 20:00
Théâtre La Chapelle
3700, rue Saint-Dominique, Montréal
  Carte
20.00$ / 29 % de rabais! (Régulier:28.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

IMPORTANT: retardataires non admis.

Sous influence : de la lumière, les mains pleines de sang. Chercher du sens et ne trouver que les restes d’une forme putréfiée. Entre le désir de mourir et celui de vivre, la confusion menant à une quête où ne reste que l’unique et profond besoin de devenir l’opposé de ce que l’on croit être. Puis, faire une rencontre fantasmagorique suivie de l’alter ego de son propre animal de compagnie. Des corps et des voix témoignent et révèlent goutte à goutte une partition théâtrale où symbolisme et pratique installative se côtoient et déjantent la linéarité du récit.



TEXTE, MISE EN SCÈNE ET MUSIQUE
Christian Lapointe
ASSISTANCE À LA MISE EN SCÈNE
Alexandra Sutto
INTERPRÉTATION
Sylvio Arriola, Israël Gamache, Rachel Graton, Joanie Lehoux, Jocelyn Pelletier, Eric Robidoux
SCÉNOGRAPHIE
Jean-François Labbé
LUMIÈRE
Martin Sirois
MAQUILLAGE
Sébastien Ouellet
RÉALISATION DE LA SCÉNOGRAPHIE
Jean-François Labbé et David Pleau
MANIPULATION PLATEAU
Charles Bélanger

www.lachapelle.org

  Sepsis

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Répétition
  Ktahkomiq
  Jours souterrains
  Non Finito
  Le clan des divorcées
  Burn Out Total
  Insoutenablement longues étreintes
  L'auteur
  Eau courante
  Écoutez nos défaites
  La singularité est proche
  Les hommes viennent de Mars les femmes de...
  Les Plaideurs
  La déprime
  Les Beaux-Frères



Vos commentaires

Quand les morts nous parlent  
D'abord la mise en scène est superbe, une des meilleures que j'ai vu. On voit la pièce comme si nous étions au plafond et qu'on voyait le plancher devant nous et que quand un tiroir de la morgue s'ouvre et qu'un cadavre nous parle, celui-ci est à la verticale. Au début on ne voit pas trop bien où nous mènent les monologues des cadavres mais tout finit par s'imbriquer de façon magistrale. C'est impressionnant et les images vont continuer de me hanter pendant des jours. À voir.

Denis B.
Mer. 18 janvier 2012