La nuit des Aissawas (FMA) La nuit des Aissawas (FMA) 
Musique
Sam. 28 octobre 2006 à 20:00
Théâtre Corona
2490, rue Notre-Dame O., Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:29.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Info FMA (514) 747-0000

Dans le cadre du Festival du Monde Arabe

La confrérie Aissawa de Fès et le groupe de jazz Niyya (Maroc, France)

La fameuse Lila des Aissawa est enfin à notre portée! Une exceptionnelle rencontre qui réunit la confrérie des Aïssawa de Fès et le groupe de jazz français Niyya. Ensemble, ils recréent à Montréal un rituel musical nocturne, vieux de 400 ans, de culte de génies et de transe.

Des confréries soufies, il en existe beaucoup, mais les Aïssawa figurent parmi l’une des plus importantes dans le monde arabo-musulman. Fondée au XVe siècle à Mekhnès, au Maroc, par Mohamed Ben Aïssa, surnommé El Kamel (le parfait), elle s’est fait connaître surtout par ses méthodes thérapeutiques fondées sur la danse et la musique portées à leur paroxysme. Le temps d'une transe, les Aïssawa entrent en communion avec des êtres surnaturels (ou génies) et les témoins ultra-sensibles et privilégiés de cette rencontre passent de l'état de souffrance à celui de la délivrance. La séance se déroule invariablement pendant la Lila Aïssawa (nuit des Aïssawa).

C'est à la fin d'un voyage au Maroc que Mehdi Nabti, saxophoniste, rencontre à Fès la confrérie Aïssawa. Il étudie leur riche répertoire de 300 chansons, avec un grand maître, Hadj Saïd Berrada, qu’il accompagne lors de nombreuses « Lilas Aïssawa ». De retour en France, Nabti transcrit des mélodies et des rythmes Aïssawa pour un ensemble d'instrumentistes de jazz. De cette expérience sont nées d’autres rencontres musicales entre les Aïssawa et le groupe de jazz Niyya. La densité rythmique de la musique de transe soutenue par le chant et les percussions (bendir, tarija, tabla, tbel et tassa) s’ouvre à l’improvisation du jazz portée par la basse, la batterie et les cuivres. Les sonorités des instruments occidentaux et les arrangements permettent aux deux courants musicaux de s’exprimer, tout en respectant la hiérarchie des chansons et l'ordre qui en découle lors des « Lilas ».

Deux univers musicaux se complètent naturellement, une chance unique de lâcher son fou sans faire tâche!

La Nuit des Aïssawa, l’exaltation est assurée!

Site du Festival du Monde Arabe: www.festivalarabe.com

  La nuit des Aissawas (FMA)

Inscription
Fil culturel | Musique

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Pike River Blues Band
  Mardis métissés – Paul Audy - Ubuntu
  Pierre Calvé – Tout est vrai
  Un violoncelle seul... sous les chandelles
  FSM | Plusieurs voix, une seule voie
  Messiaen! La Nativité du Seigneur
  Chantons Noël avec Cavelle-Nell Romeo
  Pierrot Fournier chante Brel
  Olivier Babaz en duo avec Raphaël Tristan
  Dawn Tyler Watson
  Fuat Tuaç Quartet
  Mardis métissés – Queen Ka - Le cocon
  Samuel Bonnet Solo Project + guests
  Les Choralies
  Sing-Along Messiah / Le Messie d'Händel



Vos commentaires

Un beau voyage au Maroc  
Six Marocains absolument sublimes nous ont entraînés en quelques minutes à des kilomètres d'ici. Par leur chant, des percussions et de la petite flûte à serpent, j’ai été envoûtée. Le public était aussi très chaleureux, toute une différence d’ambiance comparé aux spectacles habituels de Montréal. Le seul « hic » c’était l’arrangement plus moderne du spectacle, avec la collaboration de deux saxophonistes. J’adore le saxophone, mais il y a un petit quelque chose qui sonnait forcé avec la musique arabe. Les musiciens traditionnels apportaient assez à eux seul à mon avis. Tout de même un spectacle à voir s’ils reviennent en ville!

Aliçane M.
Dim. 29 octobre 2006