La peau que j'habite 
Cinéma
Lun. 5 mars 2012 à 19:30
Salle André-Mathieu
475, boul. de L'Avenir, Laval
  Carte
3.00$ / 54 % de rabais! (Régulier:6.50$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Créateur d'une peau synthétique, un éminent chirurgien plastique séquestre une jeune femme dans la clinique de sa luxueuse demeure. Hanté par de cruels souvenirs, il expérimente sur elle des techniques de greffe.

En nomination dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère aux Golden Globes 2011

(V.O.E. avec sous-titres français / 13+)
De Pedro Almodovar.
Avec Roberto Alamo, Elena Anaya, Antonio Banderas, Jan Cornet et Marisa Paredes.
Espagne. 2011. 117 min.



www.cineclubdelaval.com

  La peau que j'habite

Inscription
Fil culturel | Cinéma

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Guy Lépine
  Concert Allegra: Puccini, Nino Rota, Brahms
  Un violoncelle seul... sous les chandelles
  Le meilleur des années 60
  Mardis métissés – Queen Ka - Le cocon
  Messiaen! La Nativité du Seigneur
  Une soirée Soul, Motown et Disco
  Fantaisies de Disney
  Les meilleurs hits Soul, Motown et Disco
  Un paysage choisi / A Chosen Landscape
  Nuits Latin Jazz avec Alex Bellegarde
  CHOPIN... sous les chandelles !
  Hommage à David Bowie
  Les tireux d'roches
  Quartom / les Petits Chanteurs du Mont-Royal



Vos commentaires

Du grand Almodovar  
Voici les commentaires de mon amie cinéphile qui a assisté à la projection. J'ai beaucoup aimé le film. Le suspense, les fausses pistes, les flashbacks et les coups de théâtre ne manquent pas. Chose certaine, le motif du dédoublement parcourt le film. Tout dans ce scénario relève du grand art! Antonio Banderas est remarquable de retenue. Il interprète le rôle d'un chirurgien qui ne ressent pas la douleur des autres. Il est incapable d'empathie. Il est d'une froideur absolue. 'émotion ne survient que lors de la dernière scène, magnifique. A voir et revoir.

Jewel
Mar. 6 mars 2012



Almodovar !  
Comme à son habitude, Almodovar nous amène dans un pur délire: une histoire folle, pleine de rebondissements plus Grand Guignol les uns que les autres. Le génie d'Almodovar est qu'on y croit jusqu'au bout. Quelle imagination! Alors, on aime ou on déteste, mais il ne laisse jamais indifférent. Les décors sont exceptionnels, le jeu des acteurs très bon, en particulier Banderas. Moi, je ne suis pas une fan, mais je salue la réalisation, et je ne regrette pas d'être venue. Ah, j'oubliais : il manque un chapitre. Que diriez-vous, avant la fin que nous connaissons que Véra tombe enceinte de sextuplés par insémination in vitro, et qu'à leur naissance elle les passe à la moulinette et les servent en hachis Parmentier au beau Robert et à son intendante...non? A bon...je la remets dans ma culotte...

Michele M.
Mar. 6 mars 2012