Le Maroc, entre Terre et Mer 
Cinéma
Sam. 9 juin 2012 à 20:00
Église Saint-François-Xavier | Salle Amal'Gamme
994, rue Principale, Prévost
  Carte
9.00$ / 10 % de rabais! (Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

La réalisatrice Julie Corbeil et l’écrivain Ugo Monticone, résidents de Prévost, vous présentent leur voyage au Maroc. Cette ciné-conférence retrace leur parcours entre les montagnes du Haut-Atlas, l’océan Atlantique et les villes impériales. Enveloppées par la culture berbère, ils sillonnent des sentiers isolés empruntés par les bergers et découvrent la beauté des cités de Fès, Meknès, Rabat et Marrakech, sans oublier de s’approprier la majestueuse côte en compagnie de quelques dromadaires. Leur chemin est parsemé de rencontres et de gens qui leur font part de leurs idées du Maroc d’aujourd’hui.

Après la projection, les participants auront la chance d’échanger avec les conférenciers à propos de leur périple. Boursier du Conseil des arts et des lettres du Québec, Ugo Monticone a publié six livres, dont quatre récits de voyage. Son roman U a été finaliste au Grand Prix littéraire Archambault 2008. Julie Corbeil a réalisé une série télévisée sur l’Inde au Canal Vox, et elle a remporté plusieurs prix pour ses œuvres dont le prix Vidéographe à l’occasion de la compétition nationale du portrait vidéo organisée par Ciné-Asie; le premier prix au St. John’s International Women’s Film Festival; et la palme d’or au Concours Racines organisé par Radio-Canada international.

…et voilà une très belle fin de saison pour tous!

Ugo Monticone, écrivain et cinéaste | Julie Corbeil, réalisatrice

  Le Maroc, entre Terre et Mer

Inscription
Fil culturel | Cinéma

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Eau courante
  La singularité est proche
  Burn Out Total
  Répétition
  La déprime
  Les Beaux-Frères
  Le clan des divorcées
  L'auteur
  Ktahkomiq
  Toccate et fugue
  Non Finito
  Les hommes viennent de Mars les femmes de...
  Parfois, la nuit, je ris tout seul
  Les Plaideurs
  Insoutenablement longues étreintes