Leçon d'hygiène, bestialités et mets... 
Théâtre
Sam. 21 avril 2012 à 15:00
Théâtre La Chapelle
3700, rue Saint-Dominique, Montréal
  Carte
20.00$ / 29 % de rabais! (Régulier:28.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Pour fêter leurs 21 ans, les deux directeurs artistiques, Brigitte Poupart et Michel Monty ainsi que plusieurs collaborateurs, investissent La Chapelle pour deux semaines. Au menu : une dégustation ludique sur l'art, plus que du théâtre, moins que de la danse, presque autant que de la performance, avec une touche de variété, des performances d'animaux et juste assez de mauvais goût dans votre assiette pour que vous passiez une soirée jouissive et exubérante.

Depuis 20 ans, Transthéâtre, dirigé par Michel Monty et Brigitte Poupart, se démarque sur l'échiquier théâtral avec des créations où priment l'audace, la liberté et la prise de parole. Notons les Cabarets Insupportables présentés ces dernières années au Lion d'Or. On leur doit aussi, entre autres : Cérémonials, Cyberjack et What's Next présenté au FTA en juin 2011.

lachapelle.org

  Leçon d'hygiène, bestialités et mets...

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Sarah MK
  BEETHOVEN: Passion Romantique Concert II/VI
  Entre ciel et mer
  Jim Zeller et Carl Tremblay
  Festival country de Lotbinière 2017
  Une Soirée Soul, Motown et Disco
  Soirée flamenco au Blues Café
  Soul, Motown, Funk & Groove
  Motown & Disco Inferno
  Marianne Trudel | La vie commence ici
  Rodrigo Simoes | Jazz brésilien
  Jean-Michel Pilc - Trio
  Hommage à la reine de la Salsa Celia Cruz
  Lozano Jimenez Hollins Laing Quartet
  Tableaux Op.2:live electronic music



Vos commentaires

Merveilleusement débile et macabre  
Un artiste décide de mourir pour l'art. Donc on lui empute morceau par morceau qu'un cuisinier dément les apprète en amuse-gueules que les convives du protocole dégustent au fur et à mesure. Il y a un poète illuminé, des danseurs (frère et soeur) dont les danses ne valent guère mieux que les poèmes de l'autre et un animateur en talons hauts pour superviser cet hommage macabre à l'art. C'est débile, sanglant et délirant.

Denis B.
Sam. 21 avril 2012