FTA|Sur le concept du visage du fils de Dieu  
Théâtre
Dim. 3 juin 2012 à 20:00
Place des Arts | Théâtre Jean-Duceppe
175, rue Sainte-Catherine O., Montréal
  Carte
33.75$ / 25 % de rabais! (Régulier:45.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Dialogue en italien avec traductions française et anglaise.

Présenté dans le cadre du Festival TransAmériques par Romeo Castellucci | Socìetas Raffaello Sanzio / Cesena

Cette poignante réflexion sur la filiation signée par l’un des plus grands artistes contemporains est une ode à la compassion qui ne laissera personne indifférent. Saisissant et radical.

Jusqu’à quel point le théâtre peut-il nous confronter à ce qui est plus grand que nous? Tout naît pourtant du quotidien : un homme, qui s’apprête à partir travailler, a installé son vieux père devant la télé, et soudainement, sous le vieillard, une tache s’étend sur le canapé blanc. Patiemment, le fils entreprend de laver son père. Mais, inexplicablement, cette scène se déroule devant l’immense et insondable visage d’un Christ de la Renaissance. Et si c’était lui qui vous regardait?



Œuvre mystérieuse, obsédante et énigmatique, créée par l’un des plus grands artistes contemporains, Sur le concept du visage du fils de Dieu pose de façon foudroyante la question du sens de la vie en convoquant le fantôme de la foi. À la fois ode à la compassion, méditation sur la puissance sacrée de l’art, interrogation sur la souffrance et la dignité, ce spectacle bouleversant enjoint le spectateur à se repenser face aux grands vertiges de la condition humaine.

www.fta.qc.ca

  FTA|Sur le concept du visage du fils de Dieu

Inscription
Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Louis T au Pub Brouhaha
  Maxim Martin au Théâtre du Marais
  Réal Béland, une autre planète
  Martin Turgeon | Système défectueux
  Soirée d'humour à l'Inspecteur Épingle
  L'humour avec Gabrielle Caron
  Stéphane Fallu | Nouveau spectacle
  Étienne Dano | Excessif



Vos commentaires

Bouleversant  
Une belle performance sur des sujets très touchants: la vieillesse, la dépendance des autres, l’amour, la beauté et la laideur, la fois et les doutes que chacun de nous a notamment dans les nombreuses preuves que la vie nous réserve. Un spectacle qui fait vibrer qui peut émouvoir, indigner ou gêner mais qui en tout cas ne laisse personne indifférents. Très apprécié le débat avec l’auteur et les acteurs. Merci pour ce bon moment de réflexion!

Paola P.
Mer. 13 juin 2012



Un grand spectacle!  
Le tollé qu'a provoqué la représentation de ce spectacle à Paris avait attiré mon attention. Pour cette unique raison, j'ai voulu assister à la représentation où Castellucci lui-même viendrait appuyer sa pièce de ses propos sensibles et retenus. D'abord, le fil conducteur de la pièce est absolument la compassion, la honte et pour tout dire, l'amour. Le regard du Christ posé sur le spectateur provoque une douce honte face à la position de voyeur que tout un chacun campe. Nous assistons à l'abaissement d'un fils envers son père incontinent. Par amour, par juste retour des choses, le fils en prend soin, sans vraiment se mettre en colère ou en vouloir à son père. Après, la relation trinitaire pourrait être évoqué, le fils pour Jésus, le père pour Dieu et le public pour l'Esprit Saint (?). Dans ce monde sans repères fixes, dans l'océan postmoderne des croyances, Castellucci montre un grand portrait de compassion auquel chacun doit s'accrocher. C'est une pièce que j'appellerais aussi Humanisme 2.0

Lukas L.
Lun. 4 juin 2012



Déroutant avec une fin géniale.  
C'est l'histoire d'un fils qui s'occupe de son vieux père incontinant. Le père défèque une première fois puis une deuxième puis une troisième fois au grand découragement des 2 hommes. C'est montré de façon très réaliste et sans pudeur avec beaucoup de liquide brunâtre pour amplifier la crise sur fond de décor tout en blanc y compris le mobilier que je me serais empressé de changer pour des teintes foncées. La dernière partie qui a tant fait scandale en France est tout simplement géniale. Une douzaine de jeunes arrive sur scène munis de grenades qu'ils lancent au visage géant de Jésus. Appuyé par un support musical impressionnant cette dernière séquence est superbe. Des images qui restent dans notre mémoire.

Denis B.
Dim. 3 juin 2012



Visage qui questionne.  
La figure de Jésus qui fixe chacun des spectateurs. Un père en perte d'autonomie, un fils serviable, des enfants en révolte, un décor tout propre qui devient sale au fur et à mesure de la représentation, une illustration qui se fracasse. Plusieurs thèmes : le pardon, la compassion, la perte, la foi. Tout cela en une heure. Un spectacle qui permet à chaque spectateur de réfléchir avec son expérience de vie. Pour ma part, j'ai aimé.

Daniel L.
Dim. 3 juin 2012