Nuits d'Afrique | Emel Mathlouthi 
Musique
Mar. 17 juillet 2012 à 20:30
Théâtre Fairmount
5240, av. du Parc, Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:30.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

IMPORTANT: Instructions de récupération spéciales. Lisez bien votre reçu de réservation.

Égérie de la Révolution du jasmin, Emel Mathlouthi lutte sur tous les fronts: dans les manifs, mais aussi avec un rock accentué trip hop, teinté de cordes et de percus traditionnelles.

Née en 1982 à Tunis, Emel Mathlouthi est devenue ces dernières années une des voix les plus en vue de la scène arabophone, une voix profonde, une voix de diva, à l’énergie débridée et à la liberté assumée.

Pourtant, rien ne prédisait un tel destin. Certes, elle monte sur scène pour la première fois alors qu’elle n’a que 8 ans dans un théâtre de la banlieue de Tunis. Certes, dès son enfance, entourée des vinyles de son père, elle se familiarise avec la musique classique, la musique contestataire arabe et latinoaméricaine. Mais il faut attendre ses 15 ans pour qu’elle se mette au chant. Et, comme on n’échappe pas à son destin, sur l’insistance de ses amis de l’université, elle crée un groupe de rock. C’est à ce moment là qu’elle se met à la guitare.

Grâce à cet apprentissage précoce mais tout en longueur, elle compte parmi ses influences Bob Dylan et Joan Baez, Chikh Imam, l’Egyptien, et Marcel Khalifa, le Libanais… En l’écoutant, il est évident que sa voix emprunte effectivement à Joan Baez mais aussi à la chanteuse de fado Amalia Rodriguez. Ses musiques alternent sons orientaux et rock, teintés parfois de trip hop et de musique tzigane.

Rapidement, elle se fait un nom sur la scène tunisienne. Sur scène, son intensité est telle qu’elle transmet avec force l’émotion et la profondeur de ses textes. Ses textes, c’est elle qui les écrit, en arabe tunisien et en arabe littéraire. Elle compose également ses mélodies. En 2006, elle est finaliste du prix RMC Moyen-Orient. L’année suivante, elle s’installe en France. Ses textes prennent alors une forme plus nostalgique, chantant la douleur de l’exil, la nostalgie du pays natal, les espoirs et les désillusions…

Durant ces années, elle multiplie les collaborations : avec CharlElie Couture, Jean-Jacques Milteau, Tricky et le groupe Meï Teï Shô. Elle devient ainsi rapidement l’une des figures les plus emblématiques des musiques arabes actuelles. La révolution tunisienne, au début de l’année 2010, la place en première ligne de ces jeunes artistes libres et pleins d’espoir, bien décidés à profiter de ce nouveau souffle. En 2012, elle sort son premier album Kelmti Horra, ce qui signifie « Ma parole est libre ». Au moins, les choses sont claires!

www.festivalnuitsdafrique.com

  Nuits d'Afrique | Emel Mathlouthi

Inscription
Fil culturel | Musique

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Le Sapin de Noël
  10 ans de mariage !
  Les habits de sa majesté
  Toute femme est une étoile qui pleure
  No strings (attached)
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Jeannot dans la tempête
  Les monologues du vagin
  Ai-je du sang de dictateur?
  Histoires de Fins
  La singularité est proche
  Gloucester - Délire shakespearien
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  Cabaret Tollé