Emmanuelle Calvé, Ladybox | Vue sur la relève Emmanuelle Calvé, Ladybox | Vue sur la relève 
Danse
Mer. 16 avril 2008 à 20:00
Maison de la culture Frontenac
2550, rue Ontario E., Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:7.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Vue sur la relève présente:
- Emmanuelle Calvé: Lampe intérieure,
- Ladybox: Comrade
- Dany Desjardins: Shitoi & Dordur
- Nacando Productions: Surfacing et
- Virginie Brunelle: Les cuisses à l'écart du coeur


Emmanuelle Calvé: Lampe intérieure (danse)

La jeune artiste native d’Aylmer est fière de ses racines algonquines provenant de la région de Maniwaki et elle est fortement attirée par cette culture et ses traditions spirituelles. Le processus créatif d’Emmanuelle Calvé reflète l’exploration approfondie de plusieurs formes artistiques, telles que la danse, le théâtre et les arts visuels. La ligne directrice de son travail rassemble un amalgame intime d’intérêts et d’expériences où la nature et la féminité sont bien présentes. La création Lampe intérieure est le dévoilement d’un périple intérieur à travers le corps et l’esprit que lui a inspiré son dernier voyage dans le nord du Québec et ce qu’elle y a découvert et vécu. Il s’agit surtout d’un hommage aux femmes autochtones qui cherchent leurs racines, mais la pièce évoque aussi le mouvement d’une femme en solo : forte, délicate et sensuelle à la fois, le tout dans un calme réconfortant.

Chorégraphie et interprétation : Emmanuelle Calvé
Marionnette : Chris Godziuk


Ladybox: Comrade, companion (danse)

Le duo Ladybox est un collectif chorégraphique formé par Hannah Dorozio et Jody Hegel, dont la collaboration a débuté durant leurs études en danse à l’Université Concordia. Individuellement, les deux femmes possèdent leur propre vision de la danse et de la création, ce qui amène le duo à mettre en relation différentes approches de la danse et à travailler sur différents contrastes existant dans le monde de la performance. Leur intérêt commun pour le ludique et l’improvisation rend leurs créations uniques et accessibles au public, tout en respectant leur intégrité créative et personnelle. La troisième pièce chorégraphique de Ladybox, Comrade, companion, traite d’individualité et de camaraderie. Présentant différentes couches de profondeur et étapes ponctuant une forte amitié, l’œuvre explore les aspects d’une relation où la dépendance de l’autre entre en collision avec la compétition.

Chorégraphie et interprétation : Hannah Dorozio et Jody Hegel


Dany Desjardins: Shitoi & Dordur (danse)

Le chorégraphe Dany Desjardins a développé sa créativité à travers plusieurs disciplines artistiques : le dessin, le théâtre, la scénographie, la photo et, bien sûr, la danse. Après des études en arts visuels, puis en danse, il découvre sa passion pour la création chorégraphique, qui le mènera à l’obtention de nombreux prix. Ses œuvres possèdent toutes une esthétique caricaturale, une gestuelle énergique et un choix musical original. Dans Shitoi & Dordur, il donne vie à deux êtres évoluant dans l’infiniment petit et qui se côtoient sans être compatibles. À la recherche d’un compromis, d’une fusion, d’une combinaison, ils sont pourtant condamnés à vivre l’un avec l’autre, à chercher sans rien trouver, à évoluer dans une lutte infinie et absurde. L’énergie des danseurs est contagieuse et le chorégraphe utilise aussi l’éclairage et la musique pour communiquer cette énergie aux spectateurs.

Chorégraphie : Dany Desjardins
Interprétation : Esther Rousseau Morin et Claudine Hébert


Nacando Productions: Surfacing (danse)

Nacando Productions est né de la collaboration entre Desh Fernando et Teoma Naccarato, afin de créer et de promouvoir la danse pour la caméra. Dans un souci de rendre l’art accessible à un large auditoire, la combinaison de la danse et du cinéma leur semble parfaite. Dans Surfacing, l’équipe explore la collaboration entre leur art propre et déplace le mouvement et la danse de la scène vers l’extérieur. Filmé dans les Cantons-de-l’Est, l’œuvre est une métaphore sur le processus d’acceptation de la perte et du retour vers la vie normale à la suite d’une tragédie. Le film de danse mélange différentes disciplines artistiques et la caméra permet des angles et des rapprochements avec les danseurs virtuellement impossibles lors d’une performance sur scène. Finalement, la danse en nature et les éléments de l’environnement extérieur permettent aux spectateurs d’accéder plus facilement à l’univers des danseurs.

Direction artistique : Desh Fernando, Teoma Naccarato
Chorégraphie : Teoma Naccarato
Réalisation : Desh Fernando
Interprétation : Teoma Naccarato, Kaitlin Clipsham
Musique : Tim Rideout


Virginie Brunelle: Les cuisses à l'écart du coeur (danse)

Les chorégraphies de Virginie Brunelle lui permettent d’exprimer ses questionnements personnels tout en s’inspirant de la société, de ses tendances, valeurs et influences. Ses créations se composent en tableaux afin de briser la linéarité du récit. C’est l’essence brute du mouvement qui y est exploitée en caricaturant comportements et attitudes. Dans Les cuisses à l’écart du cœur, l’homme et la femme sont présentés à travers une sexualité empruntée. L’œuvre parle de la génération actuelle, dont l’ouverture d’esprit et la liberté sexuelle bâillonnent paradoxalement le cœur. Tantôt lubriques, tantôt tendres, les gestes et les danseurs mettent en lumière la souffrance souvent inconsciente de l’insatisfaction qu’engendre l’oppression de leur moi profond. Grâce aux sept corps des danseurs, les mouvements audacieux explosent et présentent une vulnérabilité profonde.

Lors de la création de cette pièce, Virginie Brunelle a bénéficié d’une résidence de création dans les studios du Département de danse de l’Université du Québec à Montréal dans le cadre de son Programme d’aide aux artistes en danse.

Chorégraphie : Virginie Brunelle
Interprétation : Léa Robert, Isabelle Arcand, Mira Gauthier, Émilie Glaveen Sirois, Natacha Filiatrault, Luc Bouchard Boissonneault, Francis La Haye

www.vuesurlareleve.com/artistes/ecalve.html

www.vuesurlareleve.com/artistes/ladybox.html

www.vuesurlareleve.com/artistes/ddesjardins.html

www.vuesurlareleve.com/artistes/nacando.html

www.vuesurlareleve.com/artistes/vbrunelle.html


  Emmanuelle Calvé, Ladybox | Vue sur la relève

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  L'Envers de moi
  Moi, petite Malgache-Chinoise
  Les danses de la mi-chemin 2016
  L’École buissonnière | Pierre-Paul Savoie



Vos commentaires

Plusieurs horizons  
C'est sans aucun doûte un programme diversifé qui a été présenté dans le cardre de la portion danse du festival "Vue sur la Relève." 1) Emmanuelle Calvé a ouvert le spectacle avec "Lampe Intérieure". Il m'a semblé que la profondeur de sa démarche ne trouvait malheureusement pas écho dans la chorégraphie. L'ensemble était un peu décousu (le pantin?) et la gestuelle était intéressante mais m'a paru plus mécanique que sentie. 2) LadyBox fut un numéro franchement original. Avec tendresse et humour, Hannah Dorozio et Jody Hegel explorent un thème peu commun en danse contemporaine, l'amitié. Malgré quelques longueurs, certains moments sont d'une sensibilité percutante. 3) Shitoi & Dordur, la chorégraphie de Dany Desjardins était à la fois insupportable et obsédante. Dans un style rappelant fortement celui de Marie Chouinard, Desjardins met en scène des créatures à la gestuelle saccadée sur fond de bruit électronique abrutissant. Obsédant mais insupportable, voilà tout. 4) Le vidéo-danse de la compagnie Nacando fut un agréable moment. La chorégraphie gagnait en profondeur en étant présentée ainsi dans la nature. Il me semble par contre que le médium du film aurait pu être mieux exploité. Une fois dans la nature, pourquoi ne pas en profiter pour faire autre chose que des plans fixes? 5) J'avais déjà vu "Les cuisses à l'écart du coeur" de Virgine Brunelle en version abrégée dans le cadre de la première partie de "Un peu de Tendresse Bordel de Merde." C'était un vrai plaisir de découvrir la version intégrale. Virginie Brunelle possède un style authentique, ludique et jamais gratuit. Les danseurs font aussi un superbe travail.

Marie-Sophie B.
Ven. 18 avril 2008



La Relève: Danse contemporaine  
VUE SUR LA RELEVE: Découverte Danse en ce mercredi 16 avril 2008 à la Maison de la Culture Frontenac à Montréal. Comme la directrice de Vue sur la Relève nous invite à monter à bord de la fusée pour découvrir de nouveaux talents, nous nous envolons vers le pays de la danse avec cinq groupes de danseurs-danseuses de différentes compagnies. Une soirée ou on nous invite à explorer le monde de la danse contemporaine; un monde enchanteur, mystérieux et quelques fois rébarbatif, avouons-le. De racines algonquines, Emmanuelle Calvé et sa LAMPE INTÉRIEURE aidée par une marionnette, nous propose une incursion dans le corps physique et dans l'esprit intime. Cette danse est suivie par LADYBOX, Comrade, companion, chorégraphiée par le duo Hanna Dorozio et Jody Hegel ou une histoire de forte camaraderie surgit. Deux corps qui se touchent, se prennent, se retirent... à l'infini ! Troisième performance: une oeuvre de Dany Desjardins interprétée par Esther Rousseau Morin et Claudine Hébert: une fusion énergique de deux êtres, la communication à tout prix. La quatrième danse nous est présentée sur film HD de la compagnie NACANDO: Surfacing. Une sortie à l'extérieur pour cette danse, tournée en plein bois et rivière du Québec, les jeux de caméra et le jeu des danseurs se mèlent habilement pour une douce harmonie en pleine nature. Un bijou. Et pour terminer en beauté ce programme, oh combien varié, des danseurs-danseuses bien en chair dans une chorégraphie de Virginie Brunelle, grande créatrice, avec Les Cuisses à l'Écart du coeur. Une danse qui laisse personne indifférent, une danse sensuelle tantôt rigoureuse, tantôt lascive.... ou les corps se choquent, se mèlent, s'entrecroisent, se donnent, se fondent les uns dans les autres. Des corps à corps inoubliables. Une belle soirée de découverte grâce à VUE SUR LA RELEVE!!!

Ronald L.
Jeu. 17 avril 2008