Chaîne de montage 
Théâtre
Jeu. 6 septembre 2012 à 19:00
Théâtre de Quat'sous
100, av. des Pins E., Montréal
  Carte
7.00$ / 30 % de rabais! (Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

D’abord, un lieu: Juarez, ville frontière entre le Mexique et les États-Unis, ville de maquiladoras, usines pour femmes seulement. On vient de tout le pays pour y travailler et les maisons de carton se multiplient à la limite du désert. En 1991, on retrouve le corps d’une jeune fille à moitié enfoui dans le sable. Morte, violée, étranglée. En dix ans, on en retrouvera près de 400… dans une impunité totale qui rend fou de rage. Seule en scène, une femme d’ici voudrait comprendre.

Pour une première fois, Suzanne Lebeau, l’auteure de Salvador et de L’ogrelet, s’adresse exclusivement aux adultes avec ce nouveau texte.

Présenté dans le cadre de Dramaturgies en dialogue

Un texte de Suzanne Lebeau
Mise en lecture: Gervais Gaudreault
Avec: Marie-Thérèse Fortin

www.cead.qc.ca

  Chaîne de montage

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Pianorama
  La visite de l'ange
  Femmes de Soul avec Sylvie Desgroseilliers
  Pereira | Lancement d'album «Orange Brûlé»
  Jean-Michel Pilc - Trio
  Concert avec l'OSJM
  Sous la pluie: Récital de piano
  Réveils du printemps
  Les 10 ans de Tropikal 97
  Les jeudis Motown, Soul et R&B avec Snooksta
  À vos écrans!
  Un piano... sous les chandelles !
  Si la Vie était Broadway
  VivierMix
  La magie du Mohan Veena



Vos commentaires

Chaîne de montage  
Excellente lecture d'un texte superbe de Suzanne Lebeau,auteure québécoise, qui après nous avoir habitué à ceux pour jeune public dédie celui-ci à un public plus mature. Ici, le nord rencontre le sud, essaie de nous faire comprendre ce qui s'est passé à Juarez, ville frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, ville de maquilodoras, usines pour femmes seulement. Ce texte rendu à la perfection par Marie-Thérèse Fortin vient nous chercher au plus profond de notre âme. Bravo!

Diane W.
Jeu. 6 septembre 2012