La jeune fille et la morve 
Danse
Ven. 5 octobre 2012 à 20:00
Théâtre La Chapelle
3700, rue Saint-Dominique, Montréal
  Carte
18.00$ / 28 % de rabais! (Régulier:25.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

IMPORTANT: Instructions de récupération spéciales. Lisez bien votre reçu de réservation.

«Au départ, il y a le lied «La jeune fille et la mort» de Schubert, suivi évidemment de son célèbre quatuor du même nom. L’envie de créer un solo pour un interprète. A l’époque, je venais de débuter le chant lyrique et en même temps, je venais d’emménager dans mon nouvel appartement, nouveau départ, anciens problèmes. Je remarquais qu’en hiver, j’avais toujours la voix fatiguée. Évidemment, je découvre des courants d’airs venant des portes, mais cela me pose la question plus profonde des courants d’airs de ma vie, du vide et de comment le combler, ou pas.»
- Mathieu Jedrazak.

Brigitte Nielsen Society
Créée à l’initiative de Mathieu Jedrazak à Lille dans le nord de la France, la Brigitte Nielsen Society, entre théâtre, danse, musique et performance, se définit comme une communauté artistique pluridisciplinaire, à vocation de putsch et de décloisonnement. Elle revendique une sensibilité non-normée, s’attache à promouvoir, développer, et rendre visible l’invisible, où le corps a une place prépondérante.

www.lachapelle.org

  La jeune fille et la morve

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Nuits Latin Jazz avec Alex Bellegarde
  Mardis métissés – Paul Audy - Ubuntu
  5539 Blues Avenue
  CHOPIN... sous les chandelles !
  Distant Echoes
  Fuat Tuaç Quartet
  Le grand bal de Noël – Jeunesses musicales
  Jean-Michel Morris
  Concert Allegra: Puccini, Nino Rota, Brahms
  Les tireux d'roches
  FSM | Plusieurs voix, une seule voie
  Hommage à Bob Marley
  Une soirée Soul, Motown et Disco
  Le meilleur des années 60
  Mardis métissés – Kyra Shaughnessy - Passage



Vos commentaires

Danse??? Seulement un prétexte quoi...  
Effectivement puisque cette pièce (puisque effectivement c'était plus une pièce de théâtre et NON de la danse) n'a pas véritablement rejoint son public qui s'attendait à voir de la DANSE. Néanmoins, la discussion de près de 45 minutes qui a suivi la prestation a permis de mieux comprendre la démarche. De là ma cotation 2 étoiles au lieu d'une seule.

Jewel
Mer. 28 août 2013



Trop de parole et peu de danse.  
Malgré quelques moments forts, ce spectacle très trop verbeux (au micro ou sur bande) et le rythme s'en ressent énormément. Spectacle de danse pratiquement sans danse, je m'attendais à plus de rtyjme et de musique.

Denis B.
Ven. 5 octobre 2012



Theatre et non de la danse !  
Etrange univers que celui du sympathique Mathieu Jedrazak et de la mysterieuse Amelie Poirier. Deja, il ne s'agissait pas de danse mais de théatre. En réalité, c'est une oeuvre plutot inclassable mais on ne pourrait certainement pas la qualifier de 'spectacle de danse' puisque la danse n'y est qu'un prétexte a faire un initial monologue cynique (et hilarant) sur le milieu de la danse puis nous transporte vers un degré plus tragique de la vie de l'interprete elle-meme. Une fois que l'on comprend qu'il ne s'agira aucunement d'un solo de danse, on se plonge ainsi dans cet univers déjanté et introspectif, on rit en écoutant ce monologue incisif et on finit par plonger dans cet univers étrange et sombre. Bref c'est une oeuvre qui est assez difficile d'acces, il faut l'admettre. C'est une piece que l'on devine vite semi-autobiographique, ce qui apporte une certaine émotion parfois, un sentiment de voyeurisme d'autres fois, et une probable compassion aussi pour cette jeune fille plutot étrange. Le débat qui a suivi la representation, un bon 45 minutes d'échange, fut vraiment tres interessant, car il nous a éclairci sur la demarche artistique du metteur en scene et a permis de contextualiser son oeuvre. 2 artistes tres sympathiques. Une piece qui ne restera pas dans les annales, certes, mais que nous avons eu du plaisir a découvrir.

Murielle H.
Jeu. 4 octobre 2012