La couleur du gris  
Théâtre
Jeu. 27 septembre 2012 à 19:00
Espace Libre
1945, rue Fullum, Montréal
  Carte
19.00$ / 37 % de rabais! (Régulier:30.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

IMPORTANT: Il y aura une discussion avec l'équipe de création après la représentation de ce jeudi 27 septembre.

Le spectacle est une loupe qui scrute ce qu’on ne voit plus : la force des choses, l’usure du temps, le jour qui devient nuit, la nuit qui prend fin. Ce sont des personnages qui s’enlisent et se démènent avec l’énergie du désespoir ou celle de l’espoir: pour eux, c’est du pareil au même, ce sera toujours fait dans la crasse. Sur scène, un héros et quatre révélateurs de la merde du héros comme de sa vitalité: un rendez-vous de sdf ou d’anges gardiens ou de chiens égarés; un territoire sans loi, où la règle c’est qu’il n’y en a pas. C’est l’histoire de la beauté du laid, du capiteux de l’immonde. C’est l’histoire de La couleur du gris.



www.mimeomnibus.qc.ca

  La couleur du gris

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Le Cœur en hiver
  La singularité est proche
  La Foire
  Les monologues du vagin
  Splendeur du mobilier russe
  Les habits de sa majesté
  Le clan des divorcées
  Lignedebus
  10 ans de mariage !
  Tout est drôle sauf le titre
  No strings (attached)
  Splendeur du mobilier russe
  Partout ailleurs
  Dans la tête de Proust
  L'Éveil



Vos commentaires

La couleur du gris  
Je viens de voir cette poèce et je suis très mitigée. Impossible de savoir si j'ai aimé ou pas. Certes, ça ne peut nous laisser indifférent. Tout comme son titre l'indique ce n'est ni noir ni blanc, tout est en demi-teintes. Les comédiens sont très bons, de par leur gestuelle entre autre, la musique dessert très bien la pièce, l'éclairage en demi-teinte nous met bien dans l'ambiance, Mais il y a quelque chose qui m'a dérangé et qui m'a laissé sur ma faim. A vous de juger!

Diane W.
Mar. 2 octobre 2012



La peste et le geste  
Avec des gestes précis qui font honneur aux personnages de sans-abri, avec douleur folie et détresse, avec pincements et rire tout jaune, c'est une pièce sensible et dure à la fois. Quelques longueurs et certains passages avec un jeu plus ou moins juste, mais bonne expérience générale.

Claudia B.
Jeu. 20 septembre 2012