FNC | The Rolling Stones  
Cinéma
Sam. 20 octobre 2012 à 21:00
Cinéma Quartier Latin
350, rue Émery, Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:12.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Note: En présence de Mick Gochanour et Peter Whitehead, réalisateurs.

The Rolling Stones Charlie is my Darling—Ireland 1965 est une version restaurée et complétée d’un documentaire mythique pour les fans des Rolling Stones mais resté inédit à cette heure, du vétéran Peter Whitehead. Réalisé lors d’une tournée en Irlande, alors même que le single (I Can’t Get No) Satisfaction venait de passer numéro un dans les charts, le film prend la forme d’un journal qui suit la vie quotidienne la plus intime du groupe sur la route. On accompagne les Rolling Stones à travers la campagne irlandaise, sautant d’un taxi vers leurs loges à travers des hordes de fans hurlants. Au détour d’un riff de guitare, on assiste aussi à la naissance de quelques futurs classiques.

Ces premières images de concerts filmées professionnellement révèlent les scènes d’émeutes qu’ils engendrèrent dès la première heure. Plus qu’aucun autre groupe de rock, les Rolling Stones ont été placés devant la caméra, accueillant les plus grands réalisateurs — Jean-Luc Godard, les frères Maysles, Robert Frank, Michael Lindsay-Hogg, Hal Ashby ou encore Martin Scorsese — dans leur univers. Charlie is my Darling est un document unique, qui capte ce bref instant de leur histoire ou le groupe devient une légende. The Rolling Stones Charlie is my Darling—Ireland 1965

En présence des réalisateurs Mick Gochanour et Peter Whitehead

www.nouveaucinema.ca

  FNC | The Rolling Stones

Inscription
Fil culturel | Cinéma

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Burn Out Total
  Dans la tête de Proust
  Quand vient le soir
  Splendeur du mobilier russe
  Les mille et une nuits
  Guerre et Paix
  Papoul
  Lignedebus
  Je suis un arbre sans feuille
  Coach de l'Amour
  Lignedebus
  Les monologues du vagin
  L'Éveil
  Les habits de sa majesté
  La singularité est proche