Les mots du théâtre / Britannicus Now Les mots du théâtre / Britannicus Now  
Théâtre
Lun. 2 juin 2008 à 16:00
Place des Arts | Claude-Léveillée (Studio-Théâtre)
175, rue Sainte-Catherine O., Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:12.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Le CEAD, avec ces lectures publiques, vous invite à découvrir de nouvelles écritures contemporaines. C’est une occasion unique d’assister à la première rencontre entre un texte et des spectateurs, d’en imaginer le déploiement scénique, d’appréhender les défis formels que recèle toute nouvelle oeuvre. L’auteur dramatique est un poète qui rêve et invente la scène dont il a besoin.

BRITANNICUS NOW de MARILYN PERREAULT (pour adultes et adolescents)

Un groupe d’étudiantes d’une école secondaire privée a décidé de monter Britannicus de Racine dans le but plus ou moins avoué de maltraiter Brittany, la souffre-douleur de l'école à qui on a donné le rôle titre. Les répétitions de la pièce se juxtaposant aux relations des adolescentes entre elles, le sort s’est visiblement acharné sur Brittany. Meurtre comme dans le Britannicus de Racine ou suicide? La pièce s’inspire de deux tragédies ayant eu lieu en 1997 et en 2000 en Colombie-Britannique.

Mise en lecture de Jean-Frédéric Messier
Avec Monia Chokri, Anne-Marie Côté, Bénédicte Décary, Josianne Dicaire, Jean-Frédéric Messier et Simon Rousseau

  Les mots du théâtre / Britannicus Now

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Voyage dans le Temps
  Moi, petite Malgache-Chinoise
  Ciel et cendres - Lucie Grégoire Danse
  Les danses de la mi-chemin 2016
  L'Envers de moi
  Forces vitales
  L’École buissonnière | Pierre-Paul Savoie



Vos commentaires

Montréal. lecture théâtrale !  
Je ne sais pas pour vous, pour moi c'était une première ! Première fois que j'assistais à la lecture d'un texte tel que celui-ci, dans ces conditions... avec des acteurs qui, devant le lutrin qui tient les pages, sont animés de leur personnage jusqu'au bout. Quel talent ! J'y ai découvert premièrement un texte riche, un parallèle actuel entre la réalité du temps de Racine et la réalité actuelle en 2008. J'y ai entendu des mots universels parce que ce qui a été présenté, ça se vit tous les jours, toutes les heures, dans toutes les écoles de tous les quartiers du monde... riches ou pauvres. Je considère que cette lecture se doit d'être lue à des jeunes, pour des jeunes et pourquoi pas, éventuellement par des jeunes du secondaire. J'avoue avoir été un peu inquiète, au départ lorsqu'il fut annoncé la durée de la présentation. 6 personnes sur scène qui lisent durant autant de temps... mais après quelques minutes seulement, j'étais convaincue que j'allais aimer. Le fait d'avoir les personnages, vivants, animés devant nous sans les décors, sans les jeux de lumières, juste comme ça, simplement, permet de relier ce qui est lu par ce qui a déjà peut-être été vécu... en chacun de nous. Nous pouvons y projetter chacun nos histoires plutôt que de n'être qu'observateurs. Améliorations que j'aimerais voir: que seules les filles soient mises en avant plan. Que le narrateur et l'acteur masculin soient qu'une seule et même personne, en retrait peut-être. Non pas par manque de talent, au contraire, mais juste pour accentuer la présence de chacune des filles. Bravo pour le travail d'écriture ! Bravo pour la qualité de présence des actrices et acteurs ! J'ai adoré !

Ève L.
Mar. 3 juin 2008



Quelle surprise!  
C'était la première fois que j'assistais à une lecture... je ne savais pas trop à quoi m'attendre. ça a été une très belle découverte. le texte était excellent, les personnages très travaillés et les acteurs impressionnants. Seules remarques: les personnages féminins étaient si présents que je me demande si le personnage masculin était vraiment nécessaire (il aurait suffit qu'on le fasse vivre au travers des autres personnages). autre point: les didascalies étaient lues de façon tellement neutre qu'elles étaient difficiles à suivre pour se figurer une mise en scène.

Céline M.
Mar. 3 juin 2008