Patty Diphusa Patty Diphusa 
Théâtre
Ven. 30 mai 2008 à 20:00
Théâtre d'Aujourd'hui
3900, rue Saint-Denis, Montréal
  Carte
10.00$ / 16 % de rabais! (Régulier:12.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Merci de retirer les billets avant 19h.

Madrid. Les années 80. La movida est à son comble. L'hebdomadaire La Luna propose à Pedro Almodóvar d'écrire des chroniques. Le jeune auteur accepte, mais il les signera sous le pseudonyme de Patty Diphusa, son alter-ego féminin.

Patty Diphusa est une star internationale du porno. Ses romans-photos et ses films tournés en super 8 sont distribués dans le monde entier. Comme elle ne dort jamais, écrire va l'occuper. Et, quitte à écrire, autant le faire sur un sujet d'intérêt général et que l'on maîtrise : soi-même ! Comme personne n'y a pensé avant, ça en fait un sujet original…

Patty Diphusa nous fait partager son quotidien et sa frénésie : les discothèques, les drogues, le sexe libre, la vie si longtemps retenue sous la dictature de Franco. Au fil de ses chroniques, Patty Diphusa devient un modèle pour toute une société, une femme publique. Mais Patty Diphusa ne veut pas que les gens l'imitent, ni même qu'ils la comprennent : elle veut juste gagner beaucoup d'argent et être heureuse.

d'après un texte de PEDRO ALMODOVAR
direction artistique PHILIPPE DRAGO
performance et lecture BÉNÉDICTE DÉCARY

environnement visuel DELPHINE FABBRI LAWSON (France)
costume, maquillage et coiffure JIVAN TALBOT
environnement sonore RAMUNTCHO MATTA (France)
direction de production NICOLAS MARION
montage vidéo TARA DESIMONE
Mixage Sonore FRED DUTERTRE

photographie NEIL MOTA

  Patty Diphusa

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Gloucester - Délire shakespearien
  No strings (attached)
  Les monologues du vagin
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Cabaret Tollé
  Le clan des divorcées
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Dans la tête de Proust
  Crudités
  Ai-je du sang de dictateur?
  Les habits de sa majesté
  Le Sapin de Noël
  Jeannot dans la tempête
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  La singularité est proche



Vos commentaires

Quand le ''dénudement'' est au rendez-vous.  
Mais quelle prestation pour l'unique comédienne sur scène et si dénudée. On comprend rapidement pourquoi cette pièce est classée 18 ans et plus. Juste à l'entendre défiller son texte avec rapidité et effervescence j'en suis pratiquement essouflée...Par contre...Le sujet ou le traitement avait-îl vraiment besoin de ce médium pour toucher le public? J'en suis sortie en souriant, sans plus.

Chantal
Jeu. 29 mai 2008



La meilleure façon de rendre le texte ?  
Texte non-dépourvu d'intérêt mais on a eu la vague impression, après 5 min., d'avoir vu et compris toute la pièce. Mise en scène plutôt dépouillée... Un texte qui aurait probablement pu être mieux rendu sous une autre forme... Le cinéma peut-être ?

Simon C.
Mer. 28 mai 2008