Ils étaient tous mes fils  
Théâtre
Jeu. 17 janvier 2013 à 20:00
Salle Paul Buissonneau - Centre Calixa-Lavallée
3819, av. Calixa-Lavallée, Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:15.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Au lendemain de la Guerre 39-45, le monde se relève et une période heureuse semble enfin vouloir s'installer.

Aux États-Unis, la famille Keller ne fait pas exception. Les affaires ont repris, les projets ne manquent pas, la sombre période qu'ils viennent de traverser semble derrière eux.

Pourtant, un lourd secret enchaîne les Keller à leur passé, qu'un projet de mariage va faire éclater aux yeux de tous...

Mise en scène: Pierre-Édouard Chomette, assisté de Sarah Pinelle

Avec: Fabienne Dohin, Zachary Evrard, Michèle Falardeau, Nick Hould, Valérie Lassiaille, Samuel Marchand, Gérald Morin, Dominic Tremblay, Nicolas Van Schendel et Anne-Laure Vilbert

www.exclamateurs.org

  Ils étaient tous mes fils

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Divalicious - Lancement officiel de DivaGirl
  Introduction à la Méditation Bouddhiste
  Journée d'introduction à la méditation
  Atelier pratique de méditation
  RENDEZ-VOUS VOYAGE: LE CANADA AUTREMENT
  MTL DUB Session | Soirée Reggae Dub
  La nuit des étoiles
  Dubwise Sundays | Reggae Dub Roots
  Roots / Origine
  Un Secret de la Communication Efficace
  Atelier fluidance contemporaine pour tous



Vos commentaires

Qui croire  
Belle interprétation des comédiens. J'ai bien aimé l'actrice qui fait la mère qui passe par plusieurs gamme d'émotions. Elle est très crédible. Belle soirée.

Genevieve R.
Sam. 19 janvier 2013



Pas façile  
Piece difficile pour les acteurs,trop de textes, longueurs.On voit tous les efforts des comédiens pour rendre cette piece. Bravo belle soirée.

Serge G.
Jeu. 17 janvier 2013



Secret de famille qui mène à une tragédie.  
Sur un solide texte d'Arthur Miller, on assiste à une tragédie dans une famille américaine. La tension dramatique se fait sur un crescendo constant et incessant jusqu'à l'inexorable issue. C'est captivant du début à la fin. À ne pas manquer.

Denis B.
Mer. 16 janvier 2013