Des couteaux dans les poules  
Théâtre
Sam. 16 mars 2013 à 20:00
Théâtre Prospero
1371, rue Ontario E., Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:32.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Dans la campagne écossaise profonde, trois personnages incrustés dans leur terroir: un laboureur, la femme du laboureur, un meunier. David Harrower écrit dans une langue qui semble émaner de la terre même, à la fois fascinante et primitive. Les paroles jaillissent comme autant de tiges de blé à peine germées, chargées de sucs vitaux. La femme du laboureur transporte le grain mûr de la ferme au moulin du village. Elle circule, tel un esprit en mouvement, entre les deux hommes: l’un qui sème et récolte, l’autre qui transforme. Elle porte de lourds sacs de grains, mais aussi sa soif immense de connaître, sa curiosité, sa féminité. Le meunier est seul à savoir lire et pouvoir mettre des mots sur du papier. Ces mots, ces simples lettres de l’abécédaire, ont pourtant la force d’un geyser.

Un drame naît alors, un drame antique, magnifiquement amorcé par le désir de tenir la plume dans sa main. Comme pour nous rappeler qu’au début de tout bien et de tout mal, il y a la parole, le savoir, le désir de connaissance.

Mise en scène: Catherine Vidal
Avec: Jean-François Casabonne, Stéphane Jacques et Isabelle Roy

www.theatreprospero.com/spectacle/des-couteaux-dans-les-poules/

  Des couteaux dans les poules

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Mythes et légendes
  Mardis métissés – Queen Ka - Le cocon
  Choralies | Concert Bach - Ensemble Da Capo
  Mardis métissés – Paul Audy - Ubuntu
  Hommage à Metaliica
  Boubacar Traoré
  Trio Fibonacci | Noël en trio
  Le grand bal de Noël – Jeunesses musicales
  FSM | Pour le meilleur des mondes
  Jason Rosenblatt–Série de l’avenue Outremont
  Quatre saisons 2.0
  John Stowell with the Mike Rud Trio
  Quartom – Acte III
  Taurey Butler Trio
  FSM | Passion Méditerranéenne par Ventanas



Vos commentaires

Asthmathique s'abstenir  
Belle performance d'acteur pour le langage de la pièce.. assez intense,dur et cru...une belle réflexion

Gustave A.
Mer. 13 mars 2013



De grands acteurs!  
Une pièce bien spéciale, avec un language propre à elle et même une odeur, celle du foin de la grange et de la farine du meunier! Acteurs exceptionnels et une histoire bien tenue par une mise en scène simple et agréable. Et que dire de cette grande scène du Propero! Bravo!!

Vincent C.
Mar. 12 mars 2013



Poetique mais nebuleux..  
Une femme analphabète qui éprouve de grandes difficultés à s'exprimer, à décrire le monde qui l'entoure et à s'affirmer auprès de son mari autoritaire fait la rencontre bouleversante d'un meunier que tout le monde craint et rejette. Il possède cette érudition qui fait peur, celle qui ouvre vers la connaissance et l'exploration de Soi, celle qui rend libre. Au contact de cet homme lettré dont elle va tomber amoureuse, la jeune femme va graduellement s'échapper de son quotidien, transgresser des interdits, s'affirmer en tant que femme à part entière puis s'émanciper. Outre le jeu impeccable des acteurs, l'éclairage ne se contente pas ici de délimiter l'espace, mais devient un personnage à part entière qui porte la pièce et y installe une atmosphère lourde et étouffante, tout comme le fait une trame sonore dramatique particulièrement efficace. Assez décevant toutefois fut le langage uniforme utilisé dans cette pièce. Certes très poétique et imagé, il aurait du servir davantage à appuyer les différences intellectuelles qui séparaient le couple d'un meunier visiblement plus érudit. L'absence de pronoms ou de verbes tout comme les hésitations de la jeune femme permettaient de parfaitement bien mettre en lumière un mode de vie primitif et grégaire mais nous nous serions attendus à ce que le meunier ait, quand à lui, un langage différent et nettement plus soutenu. Il y a également une certaine froideur qui subsiste entre les personnages et qui ne permet pas de croire en cette histoire d'amour qui se tisse sous nos yeux. On n'y sent pas de vraie dimension charnelle ou amoureuse. On ne s'attache pas aux personnages. On ne s'y reconnait pas. Même si l'adultère y est effectivement traité comme une trame secondaire, le geste irréparable commis par cette femme délaissée nous laissera également un peu perplexe, du fait que le laboureur n'apparait jamais vraiment comme un personnage antipathique. Quelquechose semble nous échapper en fait.

Murielle H.
Lun. 11 mars 2013



Les histoires sordides de petits villages.  
C'est une pièce assez austère de traitement et de texte mais l'interprétation très solide des comédiens et la mise en scène formidable valent le détour.

Denis B.
Jeu. 7 mars 2013



Mitigée  
Superbes mise en scène, interprétation, scénographie et éclairage! Malgré que l'auteur propose un univers vraiment fascinant à découvrir, j'ai trouvé le texte lourd, et j'ai été incommodé (yeux irrités) par la fumée et la terre/paille sur la scène. Chapeau tout de même à toute l'équipe!

Mireille T.
Mer. 6 mars 2013