Saudade et Les enfants du Nuc Saudade et Les enfants du Nuc  
Danse
Dim. 10 décembre 2006 à 20:00
Monument-National | Studio Hydro-Québec
1182, boul. Saint-Laurent, Montréal
  Carte
15.00$ / 36 % de rabais! (Régulier:23.50$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Billets réguliers en pré-vente à 23.50$ et à 28.50 le soir du spectacle. Contactez la salle.

Saudade
Danse contemporaine et tango

Saudade incorpore le vocabulaire des mouvements de tango à des séquences de danse contemporaine. Sur des montages de textes de Pablo Neruda, ou sur des pièces de tangos, huit danseuses exprimeront le fantastique et les rêves sur différents tableaux.

Une mise en scène théâtrale est aussi incorporée à l'oeuvre. L’expérience en danse de Marjolayne Auger l’a conduit naturellement à fusionner le tango à la danse contemporaine.

Le thème qu’aborde Saudade est celui de la nostalgie. Cette création dépeint la solitude des femmes, qui attendent et espèrent et pose un commentaire social poétique sur leur situation.

Les danseuses Julie-Anne Côté, Katia Grubisic, Sandrine Martel-Lafrenière, Lily Lapierre, Menka Nagrani, Jocelyn Parr, Marie-Soleil Pilette, Karine Rathle, contribuent à cette présentation par leur technique et expérience et insufflent à l’œuvre leurs touches personnelles et leur humanisme.

Les enfants du Nuc
Performance de danse contemporaine chorégraphiée par Johnathan Richard, en collaboration avec Insurgent inc.

Les Enfants Du Nuc, une pièce de danse contemporaine, accompagnée du groupe de musique Insurgent Inc qui seront également présent sur scène. Plus de six danseurs interprèterons un monde ou l’apothéose de la folie humaine a fait son œuvre.

L’expérience de danse de Johnathan Richard l’a transporté dans plusieurs univers différents : De l’U.Q.A.M., des forces armées Canadiennes comme officier passant par le Football du Junior majeur du Québec. Tous ses facteurs amènent en lui, une danse énergique, fougueuse, qui poussent le corps à ses propres limites physiques.



  Saudade et Les enfants du Nuc

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Lion - Première de Sherbrooke
  Ciné-Conférence de voyage : BALI
  L'ONF à la maison: Le neuvième étage
  Sing | Première MTL VOA
  Ciné-Conférence de voyage : ISLANDE
  Truman de Cesc Gay
  Lion | Première de Québec
  Ciné-Conférence de voyage : NORVÈGE
  Ciné-Conférence de voyage : PROVENCE
  Fuocoammare, par-delà Lampedusa
  Ciné-Conférence de voyage : PORTUGAL
  Ciné-Conférence de voyage : POLOGNE
  Mean Dreams (VF)
  Ciné-Conférence de voyage : PAYS BASQUE
  Votez Bougon | Première Québec



Vos commentaires

1 sur 2  
Bonne première partie, musique et danceuses, la deuxième décevante et sans aucun rapport..

Max-Philippe B.
Jeu. 8 mars 2007



Tango féminin et fin du monde  
Soirée Dr Jeckyll & Mr Hyde! Saudade, du tango chorégraphié et mis en scène autour de la femme. Pas de macho argentin dans le décor. 8 danseuses sur scène autour de Marjolayne Auger. Tantôt poétiques, tantôt ludiques, parfois nostalgiques, les tableaux s'enchaînent merveilleusement, un vrai plaisir pour les yeux... et les oreilles! La deuxième partie, Les enfants du Nuc, fait dans un style complètement différent! Musique très amplifiée (electro-metal-industriel du groupe Insurent Inc), ambiance apocalyptique trash, chorégraphie torturée. La femme est toujours au centre, mais du rêve de Saudade on passe au cauchemar post-nucléaire. J'ai beaucoup aimé, même si les univers noirs ne sont pas ma tasse de thé naturelle. Note: Le groupe Insurgent Inc fera certainement beaucoup parler de lui sur la scène alternative...

Arnaud | atuvu.ca
Ven. 8 décembre 2006



On m'a raconté deux histoires ce soir  
La pièce Tumeji's Theme du film In the Mood for Love me touche profondément. Je l'ai entendue deux fois aujourd'hui. D'abord à la radio. Puis dans la pièce Saudade, petits tableaux dansants de Marjolayne Auger : huit danseuses, chacune son style, ses mouvements, son sourire en coin, ses faiblesses et son secret qui sait toucher une corde sensible. Le spectacle était saccadé à sa façon, à cause des tableaux, de leur inégalité de longueur, de leurs messages différents. C'était parfait comme ça. Puis, on m'a raconté une histoire avec passion, mais en hurlant pour être sûr que je comprenne bien, ou parce qu'on ne pouvait faire autrement. Les enfants du Nuc. C'est trash, bruyant, à la limite dérangeant. Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé, parce que les interprètes m'ont transmis quelque chose avec leurs tripes, et que j'ai souri par moments (j'aime bien les batteurs, que voulez-vous). Cependant, je ne renouvellerai pas l'expérience.

Patricia
Ven. 8 décembre 2006