Contes bicéphales 
Conte
Ven. 10 mai 2013 à 19:30
Arrêt de Bus | Café-Bistro
4731, rue Sainte-Catherine E., Montréal
  Carte
5.00$ / 50 % de rabais! (Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Note: Cet événement est présenté dans un lieu de restauration. Repas et consommations sont disponibles sur place.

Les Contes bicéphales est une soirée pluridisciplinaire qui allie à la fois l’étonnante tradition des contes kamishibaï, revitalisée par Vincent Gomez, et l’art de la performance, signée Olivia Faye Lathuillière.

Des contes kamishi-quoi?

Technique ancestrale de contes illustrés, le kamishibaï est un art déambulatoire nippon datant du 18e siècle. Dans les rues et les ruelles japonaises, le conteur convie les foules: il utilise un petit castelet de bois portatif, nommé butai, dans lequel il fait défiler de nombreux dessins pour ponctuer sa narration. Le conte kamishibaï, qui signifie « jeu théâtral en papier », a connu son âge d’or dans les années 1950 et il a inspiré le manga contemporain.

Pour donner un nouveau souffle à cet art particulier, le Théâtre du Cerisier propose cinq textes inédits qui seront lus par la comédienne Annie Kim Thériault, avec la participation de l’auteur Vincent Gomez.

Cinq illustrateurs complètent à leur manière l’équipage de l’aventure kamishibaï, en apportant leur touche personnelle et colorée aux histoires de la soirée.


Les Contes bicéphales

Textes de Vincent Gomez et Guillaume Thériault, lus par Annie Kim Thériault avec la collaboration de Vincent Gomez

Courte forme : Olivia Faye Lathuillière

www.arretdebus-progartistique.yolasite.com

  Contes bicéphales

Inscription
Fil culturel | Conte

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Ktahkomiq - Compagnie de théâtre Ondinnok
  Sur les rails
  Les hommes viennent de Mars les femmes de...
  Eau courante
  Burn Out Total
  Quichotte | Compagnie Ombres Folles
  La singularité est proche
  Le clan des divorcées
  Les Plaideurs
  Gang de voleurs !
  Parfois, la nuit, je ris tout seul