L'enclos de l'éléphant  
Théâtre
Sam. 18 mai 2013 à 16:00
Espace Libre
1945, rue Fullum, Montréal
  Carte
20.00$ / 33 % de rabais! (Régulier:30.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

IMPORTANT: Instructions de récupération spéciales. Lisez bien votre reçu de réservation.

Sur scène, un homme, confortablement installé chez lui, consent à laisser entrer un inconnu, le temps d’une averse. Mais ce dernier parle. Il parle tant que ses mots envahissent tout. Plus il parle, moins on comprend ce qu’il veut. Ce qui a toujours été clair devient tortueux et, lentement, la parole fait couler dans l’oreille de l’hôte un venin étrange et hypnotique.

Dans ce spectacle inspiré du système carcéral du panoptique, chaque spectateur est séparé de ses voisins le temps de la représentation. Entre la scène et la salle, s'entrechoquent l'insécurité des temps présents et la dérisoire obsession de la surveillance. Les spectateurs qui voient, sont soudainement vus, et se retrouvent en même temps seuls face aux terreurs sourdes soulevées par l’intrusion et la relation à laquelle ils ont le privilège (ou l'infortune) d’assister. Ce projet, issu des réflexions du comité artistique du Grand Jour, dans son appropriation de l’idée d’insécurité par l’auteur jusque dans l’expérience vécue par le spectateur, est sans doute l’une des plus marquantes réalisations de la compagnie.

Après un impressionnant succès lors de sa création au Festival Trans-Amériques en 2011 à Espace Libre, L'enclos de l'éléphant figurait aux palmarès des meilleurs spectacles de 2011 de la Revue JEU et de l’hebdomadaire VOIR. Le texte avait reçu une mention lors de la remise du prix Gratien-Gélinas ainsi qu’une nomination au Prix du Gouverneur général en 2011.

www.espacelibre.qc.ca/l-enclos-de-l-elephant-0

  L'enclos de l'éléphant

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Les Dimanches du Conte au Jockey
  Arbre et Inukshuk - Le chemin qui marche
  Sortie chic en famille: Le piano muet