Under Construction Under Construction  
Théâtre
Ven. 8 décembre 2006 à 19:30
Espace Go | Salle 2
4890, boul Saint-Laurent, Montréal
  Carte
20.00$ / 28 % de rabais! (Régulier:28.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Under construction relate les États-Unis d’hier à aujourd’hui par des scènes, des chansons et des danses inspirées de divers artistes qui ont marqué l’histoire des États-Unis : Norman Rockwell, Jason Rhoades, Charles Bukowski, John Cage et bien d’autres.

Le puritanisme américain des années 50 côtoie la beat generation, le mouvement hippie, la No wave et le Punk dans cette pièce complètement débridée. L’écriture décousue de l’auteur construit une mosaïque aux couleurs états-uniennes qui nous offre une première esquisse de ce peuple voisin pour ouvrir le nouveau Cycle du Théâtre de l’Opsis. Louise Cardinal, Jean-François Casabonne, Caroline Lavigne, François-Étienne Paré, Daniel Parent et Geneviève Rioux se partagent la scène.

Mise en scène de Luce Pelletier
Un texte de Charles Mee
Traduction de Pierre-Yves Lemieux
Assistance à la mise en scène Marie-Andrée Lemire
Décor: Olivier Landreville
Costumes: Julie Breton
Conception: sonore Larsen Lupin
Éclairages: Jocelyn Proulx

Site du Théâtre de l'Opsis


  Under Construction

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  De Temps Antan
  FOSE | Concert Spécial
  Les légendes de la salsa
  Habana Nights avec Miguel De Armas
  Les Murènes
  Saturday Night Groove avec Valérie Clio
  Adrenalized
  Les sixties au Balcon avec The Heads
  Vivaldi les 4 Saisons à la chandelle!
  Valses D'amour
  Musica Cubana
  O som do fado: Voyage au coeur du Portugal
  Bach sous les chandelles !
  Hommage à Joe Dassin
  FM-84



Vos commentaires

Voyage dans les États-Unis  
Une belle performance d'acteurs, une mise en scène très efficace... Pas vraiment d'histoire, mais un collage intéressant de références aux États-Unis de la deuxième moitié du XXème siècle... J'aurais aimé être plus féru de littérature américaine pour saisir toute la substance de la pièce.

Arnaud | atuvu.ca
Mar. 16 janvier 2007