La maison sucrée  
Théâtre
Mar. 27 août 2013 à 21:00
Théâtre d'Aujourd'hui
3900, rue Saint-Denis, Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Présenté dans le cadre de l'événement Dramaturgies en dialogue au Théâtre d'Aujourd'hui du 23 au 29 août. Après l'Argentine, l'Allemagne et la France, c'est l'Afrique qui est cette année à l'honneur de cette programmation de lecture publique.

Les membres de la famille Vadeboncœur doivent brûler leur maison envahie par la mérule pleureuse, un champignon qui en gruge irrémédiablement les fondations. Alors qu’ils entreprennent une cérémonie d’adieu à ces murs qu’ils confondent avec leur propre vie, leur apparaît – est-ce une hallucination? – l’adolescent sénégalais que le fils Vadeboncœur parraine via Vision Mondiale. Mais surtout : il est ardu de s’arracher au passé et bien tentant d’en garder de petits morceaux, même s’ils sont probablement porteurs de la mystérieuse mérule.

Lorsqu’une collectivité doit renoncer à son passé pour vivre au présent, que peut-elle conserver? À travers cette famille aux personnages colorés (dont un père amateur de John Cage et une grand-mère qui se glamourise pour un concours de beauté), Simon Boulerice, l’auteur de Simon a toujours aimé danser et de Martine à la plage, nous projette dans une histoire littéralement (et merveilleusement) délirante sur l’art de réussir son deuil identitaire.

Texte de Simon Boulerice
Mise en lecture Benoît Vermeulen

dramaturgiesendialogue2013.wordpress.com/

  La maison sucrée

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Zitto!
  Ligue d'improvisation LA LIB
  ELLES
  Improvisation avec LNI et des invités
  Théâtre improvisé avec L'Instable
  La LIM | Ligue d'improvisation Montréalaise
  Ensemble
  LALIG - Improvisation - Saison 2016-2017
  LNI saison 2017
  Le MIB vous présente Noirissimo
  Le Carrousel Coquin



Vos commentaires

Bon sang ne saurait mentir...  
Le talent de Simon Boulerice se confirme à nouveau sur des harmonies de justesse et de simplicité.

Esther
Jeu. 29 août 2013