Francine Lareau et Guillaume D'Aou  
Musique
Sam. 31 août 2013 à 20:00
Théâtre Outremont
1248, av. Bernard O., Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:27.60$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Un programme double à l’enseigne du rire et de la musique.

Francine Lareau s’inscrit dans la grande lignée des humoristes pour lesquels rire est aussi une façon de réfléchir ! Philosophiques, politiques, à caractère social ou simplement inspirés du quotidien, ses monologues sont livrés avec énergie et intelligence. Avec un premier spectacle solo, Chus pas connue (encore !), qu’elle présente dans ce programme double, cette actrice formée au Conservatoire d’art dramatique de Montréal transporte le public de rire en rire par sa drôlerie communicative !

Guillaume D’Aou a lancé son deuxième album [Rêves], réalisé parÉric Goulet, au printemps 2013. Ce nouvel opus, après Humanoïde, affirme la signature artistique et musicale de D’Aou : les textes intimistes, poétiques ou engagés se déclinent sur des mélodies inspirées par le rock, la pop ou le folk. Ce spectacle accrocheur où on tape du pied avec une larme à l’œil et un sourire en coin constitue la seconde partie de la soirée.







www.theatreoutremont.ca

  Francine Lareau et Guillaume D'Aou

Inscription
Fil culturel | Musique

Faites connaissance entre membres!


br/>
Également à l'affiche
  Shawn McPherson
  Las Reinas del ritmo
  Série Mardis métissés | Impulso Flamenco
  Groupe Oktopus | Célébration klezmer
  Julie Lamontagne Trio
  Suzi Silva & Fad'AZZ
  Évangéline
  BluesReel avec Roots of Rhythm
  FSM |Quand ladino rime avec latino
  Le Vent du Nord et De Temps Antan – Solo
  Chanson latino-américaine
  Concert de Noël... sous les chandelles !
  Musica Cubana
  Édith Piaf: Ma vie en rose et noir
  Le Noël de Quartom



Vos commentaires

2 en 1  
Francine Lareau nous a vraiment déridées en première partie. Une 'pas si jeune humoriste de la relève' pour qui l'autodérision est un atout certain. Vraiment sympathique et originale. Nous avons bien aimée. Par contre, même si le public était conquis d'avance, la découverte de D'Aou en 2e partie nous a laissées sur notre faim. De notre place, la musique, lire la batterie, était si forte qu'on n'entendait aucun autre instrument, ni quelque parole que ce sout. Dommage...

Celine L.
Mar. 3 septembre 2013