Blindness Blindness  
Cinéma
Lun. 8 septembre 2008 à 19:00
L'Impérial
1432, rue Bleury, Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Réservez avant le vendredi 5 septembre à midi.

Alliance Vivafilm vous convie à la première montréalaise du film d'ouverture du festival de Cannes 2008: Blindness.

Le film sera présenté en version originale anglaise et l'acteur Danny Glover, le scénariste Don McKellar seront présents, ainsi que le réalisateur Fernando Meirelles.

Synopsis:

Le pays est frappé par une épidémie de cécité qui se propage à une vitesse fulgurante. Les premiers contaminés sont mis en quarantaine dans un hôpital désaffecté où ils sont rapidement livrés à eux-mêmes, privés de tout repère. Ils devront faire face au besoin primitif de chacun: la volonté de survivre à n'importe quel prix.

réalisateur: Fernando Meirelles
distribution: Julianne Moore, Danny Glover, Mark Ruffalo, Gael Garcia Bernal



www.vivafilm.com/fr/28/details/display/11957/

  Blindness

Inscription
Fil culturel | Cinéma

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Le Noël de Karen Young
  Booka Shade
  Taurey Butler Trio
  Hommage à Bob Marley
  FSM | Passion Méditerranéenne par Ventanas
  Concert Gospel classique
  Un violoncelle seul... sous les chandelles
  Tableaux Op.1: Nørre/Etienne Mason/viñu
  Giorgia Fumanti | La nuit étoilée
  Jason Rosenblatt–Série de l’avenue Outremont
  Choralies | Concert Bach - Ensemble Da Capo
  The Musical Box
  Noël chez les Bach
  Boubacar Traoré
  Une soirée Soul, Motown et Disco



Vos commentaires

Les yeux du cœur!  
Dans un futur peut-être déjà présent, une curieuse épidémie de cécité se répand sans l’ombre d’un symptôme. Tout à coup, tel le véritable aveugle qui n’a jamais distingué une seule couleur, tous le deviendront sous l’aveuglement laiteux d’un foudroyant éclairage. Sauf une seule femme qui s’interroge sur l’origine d’un pronostique étymologique du mot agnosie versus agnostique c.-à-d. athée, mécréant ou libertin. Malgré la structure d’un microcosme, ce sera encore la loi de la jungle qui prônera au sein même de l’isolation. Guidés par les yeux du cœur, à peine quelques prototypes encore dignes de rester dans la race humaine pourront suivre la voie d’une certaine libération. Dès ce moment, une certaine démarche à concevoir la réalité sous un angle renouvelé pourra conserver l’espoir et la dignité de chaque individu.

Lise B.
Lun. 13 juillet 2009



EXCELLENT!!  
C'est un film captivant du début à la fin... Je lui attribue la cote de 5/5!! De plus, c'est une histoire qui porte à réfléchir, qui représente l'humain dans toute son impulsivité, dans toute sa force de survivre... Brillant! ( pour le film)

Claudia B.
Sam. 28 février 2009



Sceptique...  
Des acteurs fabuleux mais je ne suis malheureusement pas parvenue à rentrer dans le film, à adhérer et à y croire... Ce n'est peut-être pas ce que l'on attendait du spectateur mais mon sentiment n'en reste pas moins sceptique et dubitatif...

SylvieT
Lun. 26 janvier 2009



Bien contruit  
Bon film, très bien construit (ou déconstruit, selon les scènes) où les contrastes, les plans et la lumière sont recherchés. Très bien amorcé en ce qui s'annonce être un drame psychologique bien ficelé, devient stéréotypé et de premier niveau peu après l'admission au Centre gouvernemental. De plus, le film s'étire durant les 15 dernières minutes...il y aurait pu y avoir plus de profondeur dans la réflexion sur la nature humaine, à l'image de l'excellent Das Experiment.

Sébastien G.
Lun. 12 janvier 2009



Scary  
This movie really made me think about what it would be like if this became a reality in the world. Amazing actors and actresses.

SKEryou
Jeu. 8 janvier 2009



Un troublant miroir  
Ce film met en évidence le meilleur et le pire de l'humain. Il reflète ce que chacun de nous est ou peut être. Dans une situation extrême, le chevalier et le dragon s'éveillent en soi. Qui gagnera le combat ? Ce sont des questions qui restent, longtemps après le visionnement.

André M.
Lun. 17 novembre 2008



percutant  
j'ai bien aimé ce film sur la nature humaine, malgré ses scènes crues et violentes. Il y a une belle humanité qui s'en dégage tout de même. à voir!!!

Iligunsopb
Lun. 13 octobre 2008



Bon film  
Nous avons bien aimé le film mon invitée et moi. Apparemment le livre est supérieur, mais c'est pas mal toujours le cas avec les adaptations... Les critiques ont été sévères avec ce film, pourtant il n'est pas si mauvais, sans être non plus un chef d'œuvre. C'est intéressant et dans mon cas ça m'a donné le goût de lire le livre, alors je considère que le film a remplit sa mission!

Donald A.
Sam. 4 octobre 2008



Super  
Ce film m'a vraiment beaucoup plu. Sujet très intéressant. C'est du déjà vu, mais beaucoup plus réel que ce qu'on a été habitué de voir! Je vous recommande d'aller le voir!

Dany T.
Mar. 23 septembre 2008



Blindness  
Le livre de José Saramago m'avait ébranlé. La réalisation de Fernando Meirelles est à la hauteur de cette histoire sombre et troublante. Une histoire et un film humain (trop humain diront certains!) avec la clarté et la noirceur qu'on a tous en nous.

Enicar
Mar. 23 septembre 2008



Quel navet  
Ce films est un vrai navet. J'ai rarement vu un scénario aussi invraisemblable. Même les acteurs principaux Moore et Ruffino étaient mal dirigé

Josée B.
Sam. 20 septembre 2008



Blindness - a voir  
Bonne critique sociale , film un peu noir mais qui fait très bien ressortir les comportements humains. Très bon jeu des comédiens, très belle réalisation. Merci à monsieur Meireilles d'être venu lui même nous présenter son dernier film.

Peterk
Ven. 19 septembre 2008



C'était Génial  
Un film à voir! un film qui montre le vrai visage des humains quand il est question de survie. j'AIME CE FILM! A PART LA SCÈNE DE VIOL QUI EST HORRIBLE . un film à voir.

Pelissier R.
Jeu. 18 septembre 2008



Coeur fragile s'abstenir  
C'est moche qu'on est insérer des scènes aussi dures ds ce film. L'histoire n'avait pas besoin de ces scenes pour montrer que l'Homme est une bête vite retourné à ses instincts quand confronter à sa vrai nature de bête

Alain D.
Mer. 17 septembre 2008



Réflexion sociale et personnelle  
Le film représente une mini-société.Par moment, on rit, par moment on larmoie, c'est un chef-d'oeuvre. La société a son bien et son mal, de même que dans le microcosme créé par les gens aveugles en quarantaine. On réalise combien on n'apprécie pas assez les petites choses de la vie, ex. l'eau, la pluie, le calme, la salubrité, etc.

Neda N.
Lun. 15 septembre 2008



C'est l'humain à son plus bas.  
Des humains deviennent soudainement aveugles suite au contact avec un virus. On les enferment en quarantaine et laissés à eux même. C'est très dur. Un mélange d'insalubrité, prédation, instinct de vie et compassion font de ce film un miroir d'une micro société en quête de survie.

Albert
Dim. 14 septembre 2008



Une reflexion ...  
Une reflexion personnelle s'impose suite au visionnement de ce film qui fait brillament ressortir toutes les facettes d'un etre humain. Juliane Moore est epoustoufflante dans ce role.Merci pour cette opportunité de voir quelques artisans du film, c'est tres interessant de les entendre presenter leur oeuvre.

Josee C.
Ven. 12 septembre 2008



Blindness, violence sans être gratuite  
Ce film m'a plu. Sujet intéressant, présentation à mon sens étudiée. La vraisemblance est frappante. Nous devrions réfléchir en voyant ce film à la nature humaine et à la résilience de certains.

Lecourtier
Jeu. 11 septembre 2008



Excellent  
J'ai vraiment adoré! Ce film ne pose pas de question inutile, pas de pourquoi du comment futile. On sort de là en disant simplement wow! Riche en émotions, ce film nous fait passer par toute panoplie de sentiments. Je dirais qu'il est inclassable, à la fois film de science fiction, drame parfois meme film d'horreur sans oublié les passage ou l'on ne peut s'empêcher de rire. Les acteurs? géniaux!

Joanne P.
Jeu. 11 septembre 2008



Ça secoue  
C’est un film qui est dur, on comprend bien l’affirmation de son metteur en scène, Fernando Meirelles qui disait que c’était le film le plus dur qu’il avait jamais fait (pourtant, City of God n’était pas dans la dentelle non plus). Ceci étant dit, le film finit sur une note d’espoir. Tout au long on est partagé entre le dégout de cette partie de l’humanité qui est « animalique » et l’admiration envers cette autre partie qui est si généreuse. Je crois que le film a bien rendu la notion de « chrétienté » si présente dans l’œuvre de José Saramago, l’auteur du livre qui est la base du film. C’est un film à voir, qui ne laisse pas indifférent et qui nous rappelle que nous devrions être plus généreux dans la vie quotidienne, pas seulement dans les instants durs de l’histoire.

Nelly
Jeu. 11 septembre 2008



Disturbing, but important!  
What a great (if disturbing) film! It really shows what people will do to survive, and how close we "civilized" people are to the animals...THAT is our nature just beneath the skin, to survive above all else. The elements we thought before the summer of 2005 would never happen actually showed that summer to be so true...the images we saw from New Orleans after Hurricane Katrina. Those images returned with "Blindness". ....Jewelry for food, sex for food...incredible! The ending was just right...leaving speculation as to whether people's sight would return or not. A film I will never forget....please see it....more than once!!!!

Bob H.
Mer. 10 septembre 2008



J'ai aimé.  
C'était bon; parcontre, il me faudrait le revoir en version française, ce qui m'aidera pour ajouter un commentaire plus juste.

MoiJVends
Mer. 10 septembre 2008



Nature humaine  
Ce film ayant comme sujet une épidémie qui rend aveugle les gens est en quelque sorte une façon de montrer la nature cruelle des humains. Ce film est très puissant par son sujet apocalyptique, mais aussi par la force de la réalisation de Fernando Meirelles et par l'adaptation très réussi de Don McKellar. Et que dire des acteurs, comme d'habitude Marc Ruffalo est excellent, mais le personnage le plus dérangeant, le plus troublant et le plus dégueulasse est interpréter par le toujours aussi excellent Gael Garcia Bernal. Vraiment ce film est à voir au grand écran pour savourer pleinement la puissance des images, de la direction photo et du montage.

Alexandre C.
Mar. 9 septembre 2008



Unique en son genre  
Ce film ne rapportera pas des million au box office, certes, et n'est pas non plus du genre blockbuster, mais le message passe bien. Des scènes dures, a en faire réfléchir plusieurs. Concept visuel très particulier, à voir!

Paxsou
Mar. 9 septembre 2008



Super bon  
A voir.....en esperant que ca n'arrive pas de si tot. merci

Johanne R.
Mar. 9 septembre 2008



Incroyable...  
J'ai trouvé ce film absolument incroyable. Julianne Moore était fabuleuse dans son rôle. L'histoire était captivante.

Sara D.
Mar. 9 septembre 2008



C si T  
C si T aveugle La loi du plus phare l’emporte encore. En pleine heure de pointe, le feu est blanc. Immobilisme choc. Crash trash. L’aube blafarde d’une civilisation oedipienne. Tout à coup la lumière devient lactescente, l’une des remarquables réussites du film, sans compter les effets sonores, indispensables repères des dépourvus de vue et certaines images saisissantes et troublantes d’humanité. Blême de détermination, l’incorruptible rousse dans la quarantaine (Julianne Moore, ironiquement la femme du docteur) se donnera cette lueur vive et rapide propre au guide et focalisera les aspirations communes vers une solution effarante, celle de l’insoupçonnée violence de survivre coûte que coûte, croûte que croûte, dans les ghettos abandonnés faute d’y voir clair. S’y manifesteront mordicus, en 24 jours, les instincts les plus vils au-delà de toute dignité humaine réduite au rang d’animal. Insoutenable lourdeur de l’être dans la chaîne anonyme de la jungle blanche. Est-il encore permis de croire en la race humaine? La réponse dans la constance qui demeure « la plus haute expression de la force » (Balzac). Un film comme un roman sans ponctuation. Jamais l’anarchie ne fut aussi visible dans l’œil du Portugais. Puisse la pluie délaver cette tare des hommes, profiteurs de malheurs.

Carolie S.
Mar. 9 septembre 2008



L'humain restera toujours humain...  
Un film grinçant sur l'humain et son individualité. Comment, même dans la situation la plus pénible, la loi du plus fort et de l'individualisme se manifeste toujours... malheureusement. Bons clichés, bons gags, mais beaucoup d'interrogations non répondues dans toute cette invraisemblance!

Michelle L.
Mar. 9 septembre 2008



Laissée sur ma faim  
Ce film ne m'a pas laissé indifférente mais ne m'a pas non plus emballée. J'aurais aimé un peu plus de profondeur. Je suis restée sur ma faim. J'ai trouvé ça fort que ces aveugles se retrouvent laissé à eux-mêmes dès leur arrivée surtout qu'ils étaient aveugles dans un endroit qu'ils ne connaissaient pas. Et puis ces gardes qui les traitaient ni plus ni moins comme des criminels? Les menacer de les tuer si ils osaient demander de l'aide? Je n,arrive pas à mettre le doigt sur ce qui m'a laissé sur ma faim. Mais ces comportements humains ne m'ont pas surprise. Je trouvais ça un peu réchauffé. Toute fois le jeu des acteurs principaux étaient juste et convaincant. Juliann Moore m'a beaucoup touché.

Clairette P.
Mar. 9 septembre 2008



Aveuglement, désorganisation, courage et survivance…  
Ce film m’a beaucoup touchée, bouleversée. La facture du film est très juste et en lien avec le sujet. Le montage et la trame sonore sont très efficaces. Ni film fantastique, d’horreur, d’action ou de science-fiction. C’est plutôt une fable ou satire sociale qui s’approche davantage de la pièce « Rhinocéros » d’Ionesco, dans une facture moderne et avec la charge émotive additionnelle où l’on craint que cela puisse réellement arriver dans le cadre d’une guerre bactérienne. Le réalisateur, Fernando Meirelles, entre dans le vif du sujet sans aucun préambule. Cela est très efficace au niveau de l’émotion. Une étrange épidémie de cécité et ses impacts sur la société. En fait, il s’agit plus d’aveuglement que de cécité : les gens atteints voient « blanc ». Le chaos provoqué par la soudaineté de la cécité qui frappe, d’abord un seul homme, puis de plus en plus de gens en pleine activité. On est plongé dans une ambiance « grisâtre » durant toute la durée de la trame historique. Le son, ici et là, sourd et poignant, devient presque un personnage. Toute la ville fini par être atteinte et c’est le chaos indéfinissable, la lutte pour la survie mais sans rien « voir » devant soi… J’ai eu l’impression de vivre le désœuvrement des aveugles, à la puissance 10. Car les aveugles étant réunis tous ensembles, mais seuls, ils sont encore plus démunis. J’ai pensé à la Shoa, ou encore au lendemain d’une catastrophe nucléaire, au désarroi des gens après un cataclysme naturel. Mais, j’aurais beaucoup aimé savoir pourquoi cette femme continue à voir. On se demande si c’est parce qu’elle n’a pas eu peur. Ou bien ses qualités humaines de haut niveau quant à l’intériorité et au souci des autres… J’ai aimé la fin ouverte et remplie d’espoir. Avec, en filigrane la voix du narrateur (Dany Clover), bienvenue à ce moment-là. L’entraide, l’amour et le meilleur de l’être humain « juste » sont les seuls ingrédients pour mieux se sortir d’une situation catastrophique. Un film à voir!

Anna D.
Mar. 9 septembre 2008



Ouf! très dérangeant...  
Un film à donner la chair de poule! Blindness, c'est un « conte » d'horreur avec des scènes choquantes, crues, dures et froides. On passe par la panique, l'angoisse, la peur, le dégoût. On pleure, on se désole de la nature « primitive » humaine. On s'accroche tous à Julianne Moore, notre seule bouée d'espérance dans un monde qui dégénère rapidement...

Johanne M.
Mar. 9 septembre 2008



Presque à la hauteur du livre  
Ayant déjà lu le livre «l'aveuglement» de José Saramgo deux fois (dont une fois très récemment), j'avais de grandes attentes face à ce film et je n'ai pas été trop déçue! D'abord, la fidélité au livre est exemplaire, en coupant certains bouts moins «cinématographiques» et en ajoutant quelques éléments nouveaux, le scénariste et le réalisateur ont gardé l'essence de ce livre très troublant. Ensuite, nous pouvons applaudir l'ambiance sonore de ce film qui appuie le propos sans jamais le noyer dans une musique larmoyante comme il aurait été tentant de le faire. En ressortant de ce film,malgré tous ces points positifs, je me suis tout de même demandé si ce film réussissait son passage de la littérature au cinéma. Ma réponse: pas tout à fait... . La très belle voix de Danny Glover a été trop peu exploitée pour la narration. Malgré tout, un bon film à voir! **Mention spéciale au producteur du film qui est tombé en amour avec Montréal et qui organise ce genre d'évènement dans notre belle ville; il en faudrait plus des comme ça!

Ayerdi-Martin C.
Mar. 9 septembre 2008



Quelle platitude !  
Long, ennuyant et violent. Une chance que je suis restée jusqu'à la fin car au moins on finit celà avec de l'espoir.

Ginette G.
Mar. 9 septembre 2008



Choc !  
Très bon film - Julianne Moore est fabuleuse - Certaines scènes sont terribles et nous donnent le goût de quitter la salle mais n'est-ce pas le but recherché... choquer, montrer jusqu'où l'humain peut aller... vous ne l'oublierez pas facilement... de plus, c'est très bien filmé... vraiment un film à voir sur un grand écran ! Bravo.

Veronique C.
Mar. 9 septembre 2008



A voir absolument, tant qu'on le peut...  
Un excellent film que j'ai eu plaisir à voir, malgré quelques scènes très dérangeante par leur réalisme. Cela fait beaucoup réfléchir sur la nature humaine et notre dépendance à la vue. Le jeu des acteurs est sans reproche et captivant. La musique et la direction photo donnent à ce film une ambiance réaliste et oppressante, en parfaite cohésion avec le scénario. Bref, un film à voir et qui fait réfléchir.

Carole S.
Mar. 9 septembre 2008



Éblouissant  
Beaucoup de blanc, scenario deja-vu, parfois decousu, scenes percutantes, mais des t. et une fin walt-disney. yay;

Anthony T.
Mar. 9 septembre 2008



Impressionnant  
Très bon film, sur base d'un scénario assez effrayant... Julianne Moore est excellente, comme toute la distribution. J'ai apprécié la bande sonore qui ne fait qu'accentuer le climat "pesant" du film.. A voir...

Emmanuel R.
Mar. 9 septembre 2008



Bravo  
Ce film était réellement très bon, pas du genre blockbuster. Donc, si vous voulez un petit film cute, américain et léger, oubliez ça, ce film est tout le contraire. Par contre, si vous êtes plus du genre critique et réflexif, vous adorerez. Vraiment à voir. De plus, le jeu des acteurs est impeccable.

Maryse B.
Mar. 9 septembre 2008



Superbe!  
On assiste à la naissance d'une micro société avec ce qu'elle a de plus beau et de plus laid en même temps qu'à la dégénérescence d'une société sur laquelle on ne pourra plus compter. A voir absolument!

ChristineG
Mar. 9 septembre 2008



au royaume des aveugles ...  
Un film qui est très difficile à classer . Pas vraiement un film d'horreur ou de science-fiction . Pas un de ces films qui voient la population d'une ville se transformer en zombies canibales ou en vampires . Non , au contraire , un suket inusité . Comment survivre quand tout le monde devient aveugle . Bref un film pour cinéphiles avertis .

Richard M.
Lun. 8 septembre 2008



Pas comme les autres du genre  
Je m'attendais à un film dans le genre "Virus", « Absolon », « Andromeda Strain », etc. Si l'épidémie de cécité leur ressemble d’une certaine façon au début, la suite n’y ressemble en rien. C’est un film qui vous cherche par les trippes; dur, parfois même très dur. Les émotions, l’entraide, la décadence, la barbarie, l’amour, la haine, les bons, les méchants… Bref, tout y est. La société plutôt qu’aidante laisse pour compte les malheureux qu’elle a jetés ensemble. Jusqu’à ce qu’elle ne fonctionne plus elle-même et tombe, dans un sens, plus malade que ceux qu’elles a forcés ensemble. Il y a néanmoins quelques longueurs et l’on se demande si c’était voulu ou s’il y avait… comme un blanc dans le scénario. Déception : Dany Glover : quasi un rôle de caméo sont rôle étant si mineur. Un film à voir; tout en étant prêt pour ce qui est parfois inhumain.

Michel S.
Lun. 8 septembre 2008



Intense  
Intense. Troublant. La direction artistique, le jeu de caméra et les flous nous ont tenu absorbés dans une atmosphère suffucante. Lugubre mais aussi quelques moments plus "rigolos" comme le petit clin d'oeil à Stevie Wonder. Mark Ruffalo : jeu parfois inégal.

Alexandre R.
Lun. 8 septembre 2008



Le chaos du société aveugle  
Comment il suffit d'un rien pour déstabiliser une société : Le réalisateur a su nous projeter en pleine face nos failles tout en y laissant de la grâce et de la beauté. Julianne Moore interprête brillamment cette grâce. Fernando Meirelles représente un bel avenir pour le cinéma mondial... Encore bravo !

Clotilde A.
Lun. 8 septembre 2008