Délire à deux 
Théâtre
Lun. 28 octobre 2013 à 20:00
L'Escogriffe
4467-A, rue Saint-Denis, Montréal
  Carte
17.00$ / 26 % de rabais! (Régulier:23.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

« Le couple, c'est le monde lui-même, c'est peut-être aussi l'humanité divisée qui essaie de se réunir, de s'unifier .» Eugène Ionesco

Dans leur petit appartement, un homme et une femme passent le temps à se quereller tandis qu'au dehors de leurs murs la guerre fait rage. 

Le bar l'Escogriffe devient pour l'occasion l'appartement du couple où sont convié les spectateurs. Assis en plein coeur de leur intimité, ils seront témoins de leurs réflexions sur le monde extérieur, tout comme de leurs contradictions quant à la vie qu'ils se sont eux-mêmes créée.

Une production du THÉÂTRE IN EXTREMIS – La compagnie existe depuis 2006 et a créé les spectacles Un wagon nommé désir, Les grondements souterrains, Tant de choses à vous dire et Voyage d'hiver ainsi que de nombreux Cabarets In Extremis multidisciplinaires.

inextremistheatre.com

  Délire à deux

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Les hommes viennent de Mars les femmes de...
  Froid
  Félix et Compagnie: Chansons, humour...
  Des mots d’la dynamite | Magie lente
  La LNI s'attaque aux classiques
  Dis merci | À L'Espace Libre
  Mythomania
  Laboratoires du Griffon |Hôtel Chrysanthème
  Une excellente trilogie sur la vie
  Noyade (s) - Samsara Théâtre
  Singulier Pluriel / La Mondiola
  Je disparais
  Greta, gardienne de prison
  Mathieu Gratton en solo
  Les Bâtisseurs d'empire ou le Schmürz



Vos commentaires

Pièce très intimiste.  
Pièce jouée dans un petit bar plein à craquer avec un comédien et une comédienne (tous deux excellents) qui s'y promènent à l'occasion non sans difficulté. Alors que la guerre fait rage à l'extérieur un couple s'entredéchire constamment quelque soit le sujet de la conversation. On en vient à éprouver le malaise que ce couple vit à chaque seconde qu'il se côtoie de trop.

Denis B.
Lun. 4 novembre 2013