Wave Wave  
Danse
Jeu. 18 septembre 2008 à 20:00
Usine C
1345, av. Lalonde, Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:28.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Une chorégraphie de Sylvain Émard.

Après Pluie (2004) et Temps de chien (2005), Sylvain Émard nous offre Wave, dernier chapitre de sa Climatologie des corps. Portée par cinq danseuses exceptionnelles, cette vague de fond se déploie en ondes mouvantes où la danse devient musique du corps. Une œuvre forte, singulière et émouvante d’un chorégraphe incontournable.

Une coproduction de Sylvain Émard Danse, de Station Zuid (Pays-Bas), du Grand Théâtre de Lorient (France) et de l'Usine C (Canada)

« […] l'infinie maîtrise de l'écriture chorégraphique d'Émard […] donne ici une pièce fluide, visuellement et musicalement hypnotique, envoûtante, captivante. […] les cinq interprètes, portent vraiment la pièce avec force, conviction et magnétisme. […] Une vision forte qui nous habite encore longtemps après qu'on ait quitté la salle de spectacle, méditatifs, imbibés de sensations. »
Aline Apostolska, La Presse, 11 septembre 2008

www.usine-c.com

  Wave

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Équilibre | Spectacle équestre
  Cheval-Artiste | Spectacle équestre
  Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu? à Laval!
  Les 4 haïssables | Ça va fesser!
  Le Diable est dans les détails
  Merri dans La Grand'messe
  Félix et Compagnie: Chansons, humour...
  Salut Claude !
  Merlin, l'origine d'une légende
  Dix La pièce
  Indiscrétions publiques 2017
  Docteur, j'veux être belle!
  La liste de mes envies
  Une ostie de fin de semaine
  Sherlock Holmes contre les incendiaires



Vos commentaires

Aride  
Quelle déception que ce premier contact avec Sylvain Émard! Moi qui, d'ordinaire, préfère voir des spectacles seule, j'ai décidé, cette fois, de faire découvrir à une amie la danse contemporaine... Erreur, sombre erreur. Nous avons assisté à ce qui est sans doute l'un des spectacles les plus arides que j'ai vu depuis longtemps. Avec un charisme inégalement réparti, les interprètes semblaient aligner les mouvements les uns après les autres. On cherchait, en vain, la danse, l'émotion au milieu de tout ça. Et le peu de sensibilité que l'on peinait à déceler était illico démoli par l'assourdissante musique de Michel F. Côté. Quelques moments forts, certes, mais malheureusement noyés dans un étouffant ensemble.

Marie-Sophie B.
Lun. 22 septembre 2008