La femme corbeau 
Théâtre
Ven. 6 décembre 2013 à 20:15
Théâtre Prospero | Salle Intime
1371, rue Ontario E., Montréal
  Carte
18.00$ / 28 % de rabais! (Régulier:25.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Une fille, armée de bacs de peinture, raconte la vie de la mère qu’elle n’a pas connue. Son héritage : un étrange oiseau, à la fois cadeau et fardeau, qui devient son compagnon. Devrait-elle apprivoiser cette bête qui l’habite ou s’en débarrasser ?

www.theatreprospero.com

Dans un décor en noir et blanc, les gestes posés deviennent irréversibles. Métaphore d’une société dite civilisée, de la marginalité et de l’exclusion, ce texte traduit une profonde quête de liberté. Son interprète est accompagnée sur scène par la musicienne Diane Labrosse.

« Les oiseaux en cage chantent la liberté, les oiseaux libres volent. »

www.theatreprospero.com

  La femme corbeau

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  MNM 2017 | Insulaire
  Solo pour deux.
  Freedom Singer
  Paulo Ramos Quartet
  Saratoga + Dans l'shed
  Parc-X Trio
  Dawn Tyler Watson
  Sommet Blues Acoustique 2017
  Une Soirée Soul, Motown et Disco
  Etienne Drapeau - Souper Spectacle
  The Great Novel - Skins | Lancement d'album
  Chants des pays D’Oc
  La Nef | Crystal Tears
  Antoine Corriveau et Francis Faubert
  Dave Turner & Jean Frechette



Vos commentaires

A voir....  
Un texte puissant, très bonne interprétation Valérie Dumas s’investie entièrement elle est absolument ensorcelante dans le rôle. Un jeu tour à tour ludique, tragique, frondeur, interrogatif, expansif . Plein de surprises, une petite boîte noire, qui contient des vêtements de papier , des lettres. Bonne musique, l’éclairage et le son de corbeau qui est présent et créer une atmosphère sombre. La femme corbeau est une histoire qui transforme sa vie, son milieu, fait face à des préjugés et veut vivre sa liberté. Intéressant d’avoir utilisé la peinture noir . Pièce intime de 55 minutes.

Ginette L.
Ven. 6 décembre 2013