Royal Mustang 
Théâtre
Mar. 10 décembre 2013 à 20:00
Théâtre La Chapelle
3700, rue Saint-Dominique, Montréal
  Carte
22.00$ / 12 % de rabais! (Régulier:25.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

IMPORTANT: Instructions de récupération spéciales. Lisez bien votre reçu de réservation.


Admission Générale.
Retardataires Non-Admis
Billets non remboursables.

Un aigle Royal
Un cheval Mustang
Évoluent
D’une installation Radar-Vent
Pulsant
Des mantras sonores
Au Rock & Roll
Ils racontent
Un rêve
S’amplifient
l’Espace-Temps de la boîte noire
Pour ne former
Qu’un seul
Être
Plus puissant
Accumulé.

Un projet de Li Alin & Cécile Martin
Artiste invité Greg Smith
Collaborateurs Gui Garrido, Samir Akika, Frieder Weiss, Pierre-Luc Cantin

Une présentation La Chapelle
Une production Li Alin & Cécile Martin

Créée en résidence à La Chapelle, à l’Atelier für Medienprojekte de Cologne, à la Ben J. Riepe Kompanie et au laboratoire de performance Tryangle à la Tanzhaus NRW de Düsseldorf.

  Royal Mustang

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Hommage aux Colocs
  Hommage à Bob Marley
  Pike River Blues Band
  Le meilleur des années 60
  Laudate! Concert de Noël
  Une soirée Soul, Motown et Disco
  Un paysage choisi / A Chosen Landscape
  Quartom – Acte III
  Christopher O'Neil Thomas
  Sarah MK
  Marie-Elaine Thibert | Joyeux Noël
  Pierre Flynn – Sur la terre
  Mardis métissés – Queen Ka - Le cocon
  Jim Zeller Acoustic Duo
  Noël... sous les chandelles!



Vos commentaires

Oubliable..  
Voici la critique de mon invité, d'ailleurs un peu similaire à celle des 3 autres amis qui ont également vu ce spectacle: ''Un ventilateur, une camera et une lampe se balancent au bout d'une installation dans la pénombre. Tout le spectacle sera sous-éclairé. Aucun décorum. Sous les lueurs de chandelles, deux filles se tartinent la poitrine de goudrons. L'une grimpe dans un escabeau et pousse des hurlements. L'autre se blotti dans un coin et chante des incantations. Le temps passe lentement. L'homme à la console qui s'occupe du bruitage vient la rejoindre avec une guitare qui distortionne. Un peu plus tard, les deux femmes traversent un nuage de fumée en se tirant les cheveux avec des masques noirs chevelus, à mi-chemin entre sado-masochisme et silhouettes d'animaux. Des applaudissements très courts, et le malaise est terminé. Le cliché voulant que certains êtres un peu troublés se réfugient sous le titre d'artistes afin de pouvoir s'accrocher aux subventions gouvernementales en échange de quelques éructions abstraites sur scènes ne pouvait trouver ici une plus belle illustration.''

Murielle H.
Jeu. 12 décembre 2013



Pas assez de contenu.  
Pas très intéressant finalement. Il y a comme 4 parties à ce court spectacle. D'abord une des 2 comédiennes monte dans une échelle et crie longuement. Puis la seconde comédienne chante en capella une chanson sur l'amour et la mort. Jusque là je m'ennuie comme c'est pas possible puis la même chanteuse accompagnée d'un musicien munie d'une guitare électrique me livre mes premiers moments de bonheur de la soirée. Et la finale assez onirique, sous un flot de boucane, termine ce spectacle plutôt inégale et manquant nettement de dynamisme.

Denis B.
Mer. 11 décembre 2013