Léveillé-Simard-Bourassa 
Musique
Jeu. 20 mars 2014 à 20:00
L'Astral
305, rue Sainte-Catherine O., Montréal
  Carte
20.00$ / 20 % de rabais! (Régulier:25.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

En première partie, soit à 19h00, venez encourager les finalistes du concours de la relève Jazz en Rafale.

Présenté dans le cadre de Jazz en rafale.

Trois des plus grandes figures de la musique au Québec réunis sur une même scène. Trois musiciens/compositeurs qui ont le pouvoir de réchauffer l’âme. La soliste-percussionniste Marie-Josée Simard, dont la réputation n’est plus à faire, s’est associée à deux éminents compositeurs et pianistes jazz de premier plan. Ensemble, François Bourassa, Yves Léveillé et Marie Josée Simard créent une véritable pérégrination à travers les méandres généreux du jazz contemporain et de la libre improvisation. Une rencontre unique qui dévoile une palette de couleurs insoupçonnées où les gongs, marimbas, cloches tubulaires et vibraphones résonnent en diapason avec les pianos déjantés.

Lauréat Prix Opus - CONCERT JAZZ DE L'ANNÉE 2013

www.jazzenrafale.com/programmation2014/22-mars-entroiscouleurs/

  Léveillé-Simard-Bourassa

Inscription
Fil culturel | Musique

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Histoires de Fins
  Les habits de sa majesté
  La singularité est proche
  Comme un grand trou dans le ventre
  Botox & Silicone
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Action Movie
  Un soir à Paris
  L'Éveil
  Splendeur du mobilier russe
  Burn Out Total
  10 ans de mariage !
  Mohamed le Suédois
  Jeannot dans la tempête
  Ai-je du sang de dictateur?



Vos commentaires

Belle surprise  
J'avais decidé de réserver de places pour cet événement surtout à cause des trois musiciens qui formaient le groupe. J'étais très étonnée d'apprendre que Marie-Josée Simard jouait... du jazz et improvisait. Ce fut une belle surprise et une découverte intéressante. Je suis cependant restée sur mon appétit car les deux pianistes avaient un rôle plutôt secondaire et je me serais attendue à y entendre de belles improvisations de la part de ces derniers. Mon moment préféré fut sans aucun doute le petit hommage à Mike Manieri, dans lequel Madame Simard brillait tout spécialement, non pas par la virtuosité qui a fait sa renommée mais par la delicatesse des nuances de sonorité au métallophone. J'ai un peu moins apprécié les quelques moments d'improvisation de sa part qui à mon avis perdaient leur essence jazz pour se retrouver du côté de la musique contemporaine.

Chantal S.
Dim. 23 mars 2014