Le lien qui blesse 
Théâtre
Jeu. 17 avril 2014 à 20:00
Maison Côte à Côte | Théâtre [acàc]
1073, ch. des Anglais, Mascouche
  Carte
15.00$ / 25 % de rabais! (Régulier:20.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Trois personnages souffrent d’un amour familial malsain, contraignant et abusif.

Armande endure depuis toujours le chantage affectif de son petit-fils Louis qu’elle aime et surprotège, alors que ce dernier blâme tous les autres du tort qu’il leur cause. Carl, le fils de Louis, s’efforce de préserver les relations, malgré le côté trouble de celle qui unit son arrière-grand-mère et son père.

Ces êtres vulnérables et blessés nous dévoilent leurs histoires de famille qui s’entremêlent.

Dans ce onzième texte pour la scène, Hugo Turgeon traite avec amour, finesse et humour de l’un de ses thèmes favoris: la famille, dans ses travers, ses perpétuels conflits et ses réconciliations innombrables.


MONOLOGUE 1: C’EST PAS DE SA FAUTE

Armande, une femme forte, veut préserver le lien avec son petit-fils Louis qu’elle adore. Cette relation de plus en plus violente la tue à petits feux.

MONOLOGUE 2: C’EST PAS DE MA FAUTE

Louis, un homme complètement immature, est au bout de lui-même. Menacé de mort, il voudra encore une fois forcer la main de sa grand-mère pour qu’elle lui vienne en aide.

MONOLOGUE 3: LE SAUVEUR

Carl se retrouve coincé entre une grand-mère maltraitée qu’il admire et un père violent qu’il aime malgré tout.


  Le lien qui blesse

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Naked Boys Singing
  Conte à rendre (un interrogatoire)
  Dans le champ amoureux
  Sherlock Holmes contre les incendiaires
  Les hommes viennent de Mars les femmes de...
  Dix La pièce
  Une ostie de fin de semaine
  Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu? à Laval!
  La LNI s'attaque aux classiques
  Les 4 haïssables | Ça va fesser!
  Équilibre | Spectacle équestre
  Indiscrétions publiques 2017
  putes
  Buyer & Cellar
  Le Diable est dans les détails