Le Voyage d'hiver 
Théâtre
Mer. 26 mars 2014 à 19:00
Théâtre Prospero
1371, rue Ontario E., Montréal
  Carte
24.00$ / 27 % de rabais! (Régulier:33.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Un spectacle de Benoit Landry et Anna Ward

Poème scénique librement inspiré du Winterreise de Franz Schubert, Le Voyage d'hiver se déploie tel une exposition performative et sensorielle à la frontière du théâtre, du cirque et des arts visuels. Le metteur en scène Benoit Landry et l'artiste de cirque Anna Ward y explorent les notions de sacré, de rituel et d'amour, à une époque où l'agitation ambiante enterre toute forme de silence propice au ressenti.







www.nordnordest.com

  Le Voyage d'hiver

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Ligue d'improvisation LA LIB
  La LNI s'attaque aux classiques
  Sunday Night Improv
  Enchanté - Productions de L'Instable



Vos commentaires

Originalité!  
Très original. Un beau mélange de tableaux évocateurs. Rire et conscience en parallèle. Éclaté, frais, beau et bon.

Anne L.
Dim. 30 mars 2014



Surabondance de procédés scéniques qui lassent un peu...  
Il fut un temps ou j'appréciais énormément les spectacles multi-disciplinaires jusqu'a ce que je note une trop fréquente surabondance de ce qui en faisait l'essence (surabondance d'objets, de recours scéniques, de mouvements ou de paroles, de techniques diverses et variées). Ici, ce mélange initialement ambitieux de théâtre, de performance, de cirque, de danse contemporaine, de musique électronique et électroacoustique, de chant classique, de poésie et d'art visuel devient justement épuisant et finit une fois de plus par étouffer totalement le propos. Ce projet, qui s'averait pourtant excitant lorsqu'on lisait le scenario ou regardait les photos, nous a assommés mon partenaire et moi. Il y a de beaux tableaux certes, mais bien des longueurs et du 'bruit pour rien', comme on pourrait le qualifier. Ou veulent-ils en venir? Que ressort t-on de ce joyeux bordel? Pas grand chose. Meme le texte finit par devenir secondaire. J'ai la sensation qu'en réduisant les outils scéniques, on toucherait davantage de monde. Dommage. Pas un échec toutefois, mais nous avons simplement ici un spectacle sans âme qui mériterait d'etre epuré pour lui permettre de retrouver un peu de charme et de magie...

Murielle H.
Jeu. 20 mars 2014