Les Paroles Les Paroles  
Théâtre
Ven. 31 octobre 2014 à 20:00
Théâtre Prospero
1371, rue Ontario E., Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:33.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

PAUL, UN PRÉDICATEUR qui n’a jamais foulé le sol d’une église, va de ville en ville accompagné de sa femme Hélène afin de répandre la parole de Dieu. Pourtant, ce Dieu lui échappe. Tandis qu’il cherche désespérément à atteindre des hauteurs vertigineuses, Hélène avance, horizontale et ancrée dans la réalité. Elle n’attend d’autre vérité que celle du quotidien et ne connaît de morale que celle de son corps.

–– Alors que la question de Dieu est abordée à travers son absence, c’est dans le silence que résonnent les mots des Paroles. ––

Dans une langue épurée, aride, le dramaturge australien Daniel Keene brosse, avec Les paroles, l’impitoyable portrait d’un couple en quête de sens. Avec cette étonnante fable ecclésiastique où se mêlent mouvements et paroles, la metteure en scène et chorégraphe Alix Dufresne a créé un objet hybride qui prend le spectateur à bras-le-corps.

  Les Paroles

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Distant Echoes
  Mardis métissés – Paul Audy - Ubuntu
  Pierrot Fournier chante Brel
  Samuel Bonnet Solo Project + guests
  Pierre Calvé – Tout est vrai
  Bach avant dodo
  Dawn Tyler Watson
  Un Piano romantique... pour la St-Valentin!
  Les tireux d'roches
  Un Piano sous les chandelles... à Ottawa
  Tableaux Op.1: Nørre/Etienne Mason/viñu
  Alex Lefaivre Trio
  Ben Racine Blues Band
  Noël... sous les chandelles!
  Paulo Ramos Quartet Jazz brésilien



Vos commentaires

Intérêt mitigé pour l'histoire.  
Mettons les pendules à l'heure: d'abord la distribution est irréprochable et la mise en scène absolument formidable. Le problème est que le prédicateur en est un déchu, à la dérive, sans le sou bref personne ne l'écoute et finalement il n'est pas plus fascinant pour nous. Certaines scènes sont magistrales (les images nous restent dans la mémoire un bout de temps) mais le côté loser du personnage nous enlève toute fascination qu'on aurait pu avoir. Pour les comédiens et pour une mise en scène hors-pair à voir.

Denis B.
Dim. 2 novembre 2014