Philippe Brach Philippe Brach  
Musique
Ven. 27 février 2015 à 20:00
Le Zaricot
1460, rue des Cascades, Saint-Hyacinthe
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:15.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Il vient du lac, il nous parle des vraies affaires dans un folk lubrique aux influences quelques fois rock, quelques fois country. Il a remporté Ma première Place des Arts en 2013 ainsi que le prix de la chanson SOCAN, un jeune artiste à découvrir.

Philippe Brach vient du Saguenay. Il fait du folk lubrique, un genre créée; de toute pièce pour rendre hommage à ceux qui définissent trop. Certains persisteront à reconnaitre dans ses chansons le fameux « son du lac ». À vous de voir. Chose certaine, c’est de la chanson, du folk, du rock, du country et des textes qui parlent de vraies affaires. Ça a de la mélodie, de l’irrévérence, c’est brut et ça vous sort d’une zone de confort. Les compromis? Très peu pour Brach. À 24 ans à peine, le nombre de spectacles assuré par Brach est impressionnant.

En 2013, Philippe est sorti grand gagnant de Ma Première Place des Arts, en plus d’y remporter le prix de la chanson de l’année SOCAN, il a participé trois fois plutôt qu’une aux FrancoFolies de Montréal, a remporté trois prix - dont le grand prix Sirius XM - au Festival en Chanson de Petite- Vallée et a lancé son premier opus «La foi et l'ordre» en 2014.

www.philippebrach.com
www.lezaricot.com

  Philippe Brach

Inscription
Fil culturel | Musique

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  FTAV: L'Affaire bonbon
  FTAV: La leçon suivi de la cantatrice chauve
  Les hommes viennent de Mars les femmes de...
  Merlin, l'origine d'une légende
  Équilibre | Spectacle équestre
  FTAV: Le dernier mot
  Toutes ces choses que j'aimerais oublier
  Félix et Compagnie: Chansons, humour...
  Cheval-Artiste | Spectacle équestre
  Botox & Silicone
  FTAV: La poésie du chameau
  FTAV: Du poil aux pattes comme les CWAC's
  FTAV: Le magicien d'Oz
  Indiscrétions publiques 2017
  FTAV: Là, de Serge Boucher