Les femmes de Ravensbrück 
Théâtre
Sam. 7 février 2015 à 20:00
Salle Paul Buissonneau - Centre Calixa-Lavallée
3819, av. Calixa-Lavallée, Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:15.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Allemagne 1944 - Camp de Ravensbrück.

Plongées dans un univers de terreur et de souffrances indéfinissables, douze femmes essaient de continuer à vivre malgré l'horreur quotidienne car il faut qu'il y en ait au moins une qui revienne et qui rapporte la vérité. Vivre ou mourir, lutter ou abandonner, et pourquoi?

Au-delà de l’agonie, on parvient à trouver une solidarité infaillible, un sourire, une histoire, un parfum. Après un succès auprès du public et de la critique du Fringe 2014, la troupe Pourquoi pas ! présente une nouvelle série de cet hommage à ces femmes prisonnières politiques, mettant en scène ce qu’il y a de plus beau et de plus terrifiant dans l’être humain.

www.histrion.org

  Les femmes de Ravensbrück

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Action Movie
  Jeannot dans la tempête
  Les monologues du vagin
  Histoires de Fins
  Splendeur du mobilier russe
  Burn Out Total
  Ai-je du sang de dictateur?
  No strings (attached)
  Les habits de sa majesté
  10 ans de mariage !
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Le clan des divorcées
  L'Éveil
  Vénus à la fourrure, de David Ives
  La singularité est proche



Vos commentaires

Percutant.  
N'eût été de cette pièce, je n'aurais jamais connu cette histoire et c'est pourquoi qu'elles ont lutté pour qu'il en reste au moins une pour nous la raconter. Elles ont toutes raconté ce vécu avec grande éloquence. Évidemment pas une comédie car ça se déroule dans un camp de concentration mais on y percevait tout de même des rayons de soleil et surtout quelques lueurs d'espoir qui n'ont pas été vain.

Denis B.
Mar. 10 février 2015



Excellent  
Excellente performance des comédiennes .On pouvait vivre au travers de leur récits ce que ces prisonnières ont dû vivres . Bravo à toute la troupe.

Serge G.
Mar. 10 février 2015