Welcome to Nowhere Welcome to Nowhere 
Théâtre
Ven. 20 février 2009 à 21:30
Usine C
1345, av. Lalonde, Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:30.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Entre road movie et théâtre expérimental, Welcome to Nowhere (a bullet hole road) nous plonge dans un univers poétique et plastique, lent et sensuel, le temps de s’égarer dans une Amérique inhospitalière, où se croisent l’amour, la mort et le crime.

Immobiles dans d’étroites cloisons vitrées, surplombées d’un écran panoramique, les six acteurs voient leur double évoluer dans un monde parallèle alors qu’eux se parlent, impassiblement, sans même se regarder, ni sourciller.

Fondée en 2002 par Kenneth Collins, Temporary Distortion est une compagnie de théâtre expérimental basée à New York. Au fil du temps, leurs productions sont devenues des hybrides entre le cinéma et le théâtre. Dans une atmosphère de claustrophobie, engendrée par les structures fermées dans lesquelles se tiennent les personnages, ils plongent les spectateurs dans un univers étrange et surréel.

Spectacle en anglais surtitré en français.



www.usine-c.com

  Welcome to Nowhere

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Le saut du lit
  Joyeuse Matinée de Noel
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  10 ans de mariage !
  Le Sapin de Noël
  Crudités
  Gloucester - Délire shakespearien
  Macbeth de William Shakespeare
  Le clan des divorcées
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  Cabaret Tollé
  Les monologues du vagin



Vos commentaires

"Welcome to Nowhere"...  
...possède un titre qui décrit magnifiquement cet objet a mi-chemin entre le cinéma et le théâtre. C'est à dire qu'il ne passe a peu près rien pendant la représentation! Que des acteurs qui déclament sur un ton monolithique un texte qui utilise les clichés des road-movies en essayant de créer une atmosphère quelconque. Mes invités et moi n'y avons pas compris/apprécié grand choses.

Gilles-André P.
Jeu. 26 février 2009