Le désir de Gobi Le désir de Gobi  
Théâtre
Jeu. 26 février 2015 à 20:15
Théâtre Prospero | Salle Intime
1371, rue Ontario E., Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:25.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

GOBI
G-O-B-I
J’AI OBÉI

Nine, une fillette abandonnée par sa mère, est enfermée par son père pendant une année entière dans la pièce secrète. Un lieu sans lumière avec, comme seule ouverture sur le monde, la trappe à travers laquelle la main de son père lui glisse quotidiennement un plateau de nourriture. C’est l’unique contact auquel elle a droit… –– Plus tard, Nine est libérée. Elle grandit, accompagnée au fil des ans par une succession de thérapeutes qu’elle nomme les Morlocks, à l’instar de ces êtres du monde souterrain de H. G. Wells qui se nourrissent de chair humaine. C’est dans le bureau du Morlock no 1, celui qui a pris la fillette dans ses bras le jour de sa libération, qu’elle replonge, au fil des séances, dans ses souvenirs. –– Un périple pour trouver un peu de lumière. Une quête pour « vivre encore plus fort ».

Durée : 1h30

www.theatreprospero.com

  Le désir de Gobi

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Une excellente trilogie sur la vie
  Les 4 haïssables | Ça va fesser!
  Dans l'univers de Marcel Pagnol
  Laboratoires du Griffon |Hôtel Chrysanthème
  Je disparais
  Black Boys
  La LNI s'attaque aux classiques
  Singulier Pluriel / La Mondiola
  Visage de feu
  Dans le champ amoureux
  Dis merci | À L'Espace Libre
  Une ostie de fin de semaine
  Le chant du singe - Happening Postpostpost
  La dette de Dieu
  Les filles d’Aliénor



Vos commentaires

Brillante performance !  
Le Désert de Gobi est l'oasis ou la folie part se reposer. La folie de cette mère qui choisit de disparaitre. La folie de ce père qui pour ne pas perdre sa fille comme il a perdu la mère l'enferme pour toujours dans le sous-sol. La folie de cette fille qui pour survivre se créé une communauté d'amis imaginaires. Gabrielle Lessard est troublante et sidérante. Elle brille au milieu d'une texte parfois lourd et confus. Comme les voix dans sa tete.

François P.
Lun. 2 mars 2015