Ouïghours, prisonniers de l'absurde Ouïghours, prisonniers de l'absurde  
Cinéma
Mer. 7 octobre 2015 à 19:30
Maison de la culture Ahuntsic-Cartierville
10300, rue Lajeunesse, Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:0.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Privilège pour les membres atuvu.ca: en réservant sur atuvu.ca vous n'êtes pas obligés de récupérer vos billets à l'avance, ils seront disponibles à la porte, le soir même, sur présentation de votre reçu de réservation.

Vingt-deux hommes se trouvent en Afghanistan en octobre 2001 lorsque les États-Unis envahissent le pays pour traquer Oussama ben Laden. Ils sont turcophones musulmans et appartiennent à la minorité chinoise ouïghoure, réprimée par le pouvoir central de Beijing. Du nord de la Chine à la base américaine de Guantanamo, le nouveau film de Patricio Henríquez suit l’incroyable odyssée de trois de ces rescapés de l’absurde associés malgré eux au terrorisme mondial. Une rencontre avec le réalisateur suivra la projection.

  Ouïghours, prisonniers de l'absurde

Inscription
Fil culturel | Cinéma

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  La fille inconnue des Frères Dardenne
  FIFA | Photos Rebelles
  Artistes Femmes, à la force du pinceau
  FIFA | Apatride - Klaus Rózsa, photographe
  FIFA | Symphonie pour une Architecture
  Le femme du gardien de zoo | Première Mtl VF
  Un petit boulot de Pascal Chaumeil
  La tortue rouge de Michael Dudok de Wit
  Ciné-Conférence de voyage : COLOMBIE
  FIFA | A Shape of Time-The Composer Jo Kondo
  FIFA | Pavlenky - Man and Might
  FIFA | Hugo Pratt, trait pour trait
  The Zookeeper's Wife | Première Montréal VO
  FIFA |Le triomphe des images il y a 1000 ans
  La femme du gardien de zoo | Première QC VF



Vos commentaires

Réflexion  
Ce documentaire nous amène vers une réflexion profonde de la justice, de la vérité acceptable par les autorités, des mensonges et des demis-mensonges mentionnés à la population.

Louise C.
Ven. 9 octobre 2015



Ouighours, prisonniers de l'absurde  
J'ai beaucoup aimé, et maintenant je vais aller voir le film sur Omar kadher

Raymonde G.
Mer. 7 octobre 2015