Sicario | Première Sherbrooke Sicario | Première Sherbrooke 
Cinéma
Mer. 30 septembre 2015 à 19:15
La Maison du Cinéma
63, rue King O., Sherbrooke
  Carte
Gratuit ! (Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Les Films Séville vous invite à la première du film Sicario de Denis Villeneuve à Sherbrooke!

Dans une zone sans foi ni loi entre les États-Unis et le Mexique, les membres d’une escouade tactique gouvernementale (Josh Brolin, Benicio Del Toro) enrôlent une jeune agente idéaliste du FBI (Emily Blunt) qu’ils envoient en plein cœur de l’univers sanglant du trafic international de stupéfiants, afin de neutraliser le chef du cartel mexicain.

  Sicario | Première Sherbrooke

Inscription
Fil culturel | Cinéma

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Daniel Lavoie | Mes longs voyages
  Édith Piaf: Ma vie en rose et noir
  Le meilleur des années 60 du Balcon
  Les Jeudis Motown, Soul et R&B
  Trio Fibonacci | Bohemia
  Ben Racine Blues Band
  Blok Note Big Band - Noël Jazz
  Paulo Ramos Quartet Jazz Brésilien
  Unforgettable: Hommage aux crooners
  Série Mardis métissés | Impulso Flamenco
  Bullshit Threshold
  Kevin Warren Trio
  Une Soirée Soul, Motown et Disco
  Le partimento en pratique
  Hommage à la reine de la Salsa Celia Cruz



Vos commentaires

Ayoye - Percutant  
Les acteurs étaient excellents. C’est un film dur, brut mais réel et concret. C’est un film choc. Ça été une claque en pleine face. Ce message nous ouvre les yeux, nous réveille, nous conscientise. Par ce film on nous fait connaître la violence crue qui est vécue dans ce pays, ailleurs loin de nous. C’est percutant à voir et à vivre. Une vraie prise de conscience. Qu’est-ce qu’on peut y faire, ici, chez nous ?? Ces gens côtoient et vivent au quotidien avec cette violence. Tous les jours ils vivent dans tout cela et ne peuvent rien faire voir même ils sont impliqués malgré eux parce qu’ils ont faim et sont pauvres. Même la police est corrompue par besoin. La cause est cette force de pouvoir, l’argent, les besoins de travailler pour subvenir à leur subsistance. C’est un cercle vicieux. Je félicite l’audace du metteur en scène et du producteur d’avoir accepter de produire sur un sujet aussi dérangeant, percutant et d’avoir réussi à nous transmettre ces réalités vécues au loin. Vous avez réussi à relever ce défit de nous avoir plonger dans cette existence difficile et déchirante. Bravo !

Johanne B.
Lun. 5 octobre 2015