Radical K-O Radical K-O  
Théâtre
Sam. 26 septembre 2015 à 20:00
Théâtre La Chapelle
3700, rue Saint-Dominique, Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:25.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Sur scène, un ring de boxe. Utiliser l’univers de ce sport de combat, avec ses différents codes, tel un canular. Le spectateur est plongé dans un espace fantasmagorique qui révèle et interroge l’appel à la violence et aux extrêmes. En direct: vidéo, musique, performance et danse se déploient et se répondent pour créer un continuum de tableaux vivants plus intenses les uns que les autres. À travers un puissant langage performatif, Radical K-O propose une esthétique de l’extrême. En détournant les codes de la boxe pour en faire des moteurs dramatiques signifiants, Jocelyn Pelletier crée une œuvre viscérale et intransigeante dont personne ne sortira indemne.

INSPIRATIONS
Élaborer une performance dans laquelle l’imagerie issue de l’univers de la boxe parasite ou contamine les éléments suivants : le texte / le son / la vidéo . Ceux-ci sont en osmose dans le but de créer un « pseudo affrontement » qui va résulter en un langage commun. Jouer avec les différents codes de la culture de la boxe ; la présentation, la pesée, l’intimidation, les rounds, l’arbitrage, etc. Travailler avec ces protocoles, profiter de notre espace de recherche et de création pour atteindre un maximum d’intensité, au sein de nos disciplines respectives, pour ultimement développer un nouveau langage et ainsi, aller plus loin dans notre pratique.

BIOGRAPHIE
Depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 2005, Jocelyn Pelletier a participé à de nombreux projets, notamment à plusieurs productions du Théâtre Péril : Anky ou la fuite / Opéra du désordre, Vu d’ici, Limbes. Il a cofondé la compagnie tectoniK_ avec laquelle il a monté son texte Symbiose(s). Jocelyn assure également la codirection de Les Chantiers. Il a par ailleurs fondé SUSHI(POISSE/SON/MORT), compagnie avec laquelle il a mis en scène son texte La mélodie entre la vie et la mort à Premier Acte. Récemment, on a pu voir la deuxième production de cette compagnie, Entre vous et moi, il n’y a qu’un mur, également à Premier Acte. Il a présenté BISCUIT CHINOIS, un spectacle solo, à Montréal, Québec et Ottawa. Il a mis sur pied l’évènement OFF Classique présenté au sous-sol du Complexe Le Cercle à Québec. Il a été de la distribution du Projet Laramie présenté au Théâtre du Trident à Québec et a assuré la mise en scène de Electronic City de Falk Richter, une production de tectoniK_ présentée au Théâtre Périscope en février 2014. Il a récemment présenté avec Édith Patenaude une adaptation de l’œuvre de Bret Easton Ellis Disparaître ici au Théâtre Périscope à Québec et à La Chapelle à Montréal en mars 2015.



Créé avec le soutien des Productions Recto-Verso et de Première Ovation arts multi

IDÉATION ET MISE EN SCÈNE
Jocelyn Pelletier
PERFORMANCE
Jocelyn Pelletier · Caroline Boucher-Boudreau
CRÉATION SONORE ET PERFORMANCE
Érick d’Orion
CRÉATION VIDÉO
Justin Roy
INTÉGRATION TECHNOLOGIQUE ET PROGRAMMATION
Louis-Robert Bouchard
CONCEPTION SCÉNIQUE ET LUMIÈRE
Jean-François Labbé
ASSISTANCE À LA MISE EN SCÈNE ET COORDINATION ARTISTIQUE
Caroline Boucher-Boudreau

Photo ©Charles Fleury

  Radical K-O

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Crudités
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  Le Sapin de Noël
  Joyeuse Matinée de Noel
  10 ans de mariage !
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Cabaret Tollé
  Macbeth de William Shakespeare
  Gloucester - Délire shakespearien
  Les monologues du vagin
  No strings (attached)
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  Le clan des divorcées
  La singularité est proche



Vos commentaires

L'assaut sensoriel au rendez-vous   
Faire le portrait de l'intensité de la lutte pour rester en vie a déjà été présenté sous d'innombrables formes; ce qui reste à découvrir dans cette catharsis annoncée réside dans ses acteurs et la musique comme l'éclairage faisaient tous deux partis des personnages Une éducation à l'electro-acoustique dans un théâtre muet qui réussi à déstabiliser comme à intriguer

Étienne G.
Lun. 28 septembre 2015