Judy Garland, la fin d'une étoile Judy Garland, la fin d'une étoile 
Théâtre
Ven. 25 septembre 2015 à 20:00
Centre culturel de Beloeil
600, rue Richelieu, Beloeil
  Carte
31.90$ / 40 % de rabais! (Régulier:52.20$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

IMPORTANT: Profitez de l'offre jusqu'au 25 septembre à 15 h !

Nous sommes à Londres en 1968, la grande Judy Garland s’apprête à remonter sur scène pour une ultime série de spectacles. Âgée de 46 ans, elle est entourée de Mickey, son dernier mari, et de son fidèle pianiste Anthony. Ils agissent en cerbères afin de protéger la star du monde intransigeant d’Hollywood, et surtout d’elle-même et de sa propre démesure. Malgré sa forte dépendance aux barbituriques et un passé parsemé d’abus de toutes sortes, elle reste droite, fière et veut offrir au public une dernière chance de l’acclamer, coûte que coûte. On est bien loin de l’adolescente qui incarna Dorothy dans le célèbre film, Le Magicien d’Oz.

La pièce de Peter Quilter permet une réelle incursion dans l’intimité de cette battante, de cette femme courageuse, mais aussi fragile et instable. Un drame musical qui témoigne de la splendeur et de la vulnérabilité d’une des plus grandes stars américaines qui a connu un destin des plus foudroyants.

Distribution : Roger La Rue, Maxime de Cotret et Linda Sorgini
Auteur : Peter Quilter
Traduction : Michel Dumont
Mise en scène : Michel Poirier

  Judy Garland, la fin d'une étoile

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Une excellente trilogie sur la vie
  Les Concubines
  Les hommes viennent de Mars les femmes de...
  Laboratoires du Griffon |Hôtel Chrysanthème
  Les Bâtisseurs d'empire ou le Schmürz
  Le clan des divorcées
  Temps Universel +1 [Laboratoire Intermédial]
  Burn Out Total
  La LNI s'attaque aux classiques
  Les parents viennent de Mars, les enfants...
  La dette de Dieu
  Entrez, nous sommes ouverts
  Petit guide pour disparaître doucement
  Dis merci | À L'Espace Libre
  Une ostie de fin de semaine